Girl inspecting mechanical parts

|
Bien-être, Design technopédagogique, Pratiques prometteuses

Exploration des technologies dans un contexte collaboratif et interdisciplinaire

Source de créativité et de bienêtre pour chaque élève

Dans l’optique d’améliorer l’expérience scolaire de l’élève, nous nous sommes demandé s’il était possible d’explorer le potentiel créatif de chaque élève dans une salle de classe inclusive et équitable. Nos données de recherche avec les partenaires du Réseau CompeTI.CA (Compétences en TIC en Atlantique) semblent converger vers une réponse positive. Dans cet article, nous examinons les exemples provenant de deux études menées par l’équipe du Réseau : l’une, en partenariat avec Labos Créatifs, porte sur le développement de compétences numériques et l’autre, sur la créativité dans un contexte interdisciplinaire axé sur la musique, les mathématiques et la technologie. Ce projet soutenu par le Groupe d’action sur la Commission de l’école francophone (GACEF) a été réalisé en collaboration avec les districts scolaires du Nouveau-Brunswick dans trois écoles du Nord-Est et du Sud de la province.

Depuis les années 2000, une culture de laboratoires ouverts (makerspace), soit des espaces de fabrication équipés d’outils numériques, d’artefacts et de mécanismes de toutes sortes mis en commun pour collaborer (Bosqué, 2015) s’implante dans les communautés en quête d’innovation sociale à travers le monde. Cette culture semble avoir donné une impulsion à de nouvelles pratiques pédagogiques susceptibles d’encourager la créativité dans un espace collaboratif et un contexte authentique, inclusif, équitable et socialement responsable (Lingley et Wong, 2020). Malheureusement freinées par la pandémie, ces nouvelles pratiques pédagogiques, en pleine croissance dans les écoles du Nouveau-Brunswick et d’autres provinces atlantiques, ont mis en évidence le potentiel transformateur de l’art, c’est-à-dire, une recherche par l’apprenant de nouveaux points de vue et de réflexions pour changer sa compréhension des choses (Mezirow, 1990). Ainsi, l’art permet à chacune et chacun de prendre conscience de son potentiel créatif dans une démarche de travail collectif et collaboratif (Tremblay, 2012; Robichaud et coll., 2016). De plus, selon Churchill, 2019, p. 68), l’éducation axée sur la culture et sur les arts ouvre la porte à une interaction dynamique et créative entre l’enfant et le monde qui l’entoure lui permettant d’améliorer ses rapports sociaux, d’augmenter sa participation communautaire active et comme résultat, d’accroître son sentiment de bienêtre.

En nous intéressant, dans ce texte, aux bénéfices potentiels de ces pratiques pour développer le goût d’apprendre ensemble, nous examinons quatre exemples de projets créatifs réalisés par des élèves entre 2017 et 2019 : un modèle réduit d’un village interactif, le Village Minecraft, la fabrication d’un tubulum et un spectacle de Noël 2.0.

Modèle réduit d’un village interactif

Des élèves ajoutent une touche finale à leur édifice en carton
Des élèves ajoutent une touche finale à leur édifice en carton

Le premier projet s’est déroulé dans une classe de 3e année en immersion française dans une école rurale du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick. Accompagnés de leur enseignante et d’un mentor de Labos créatifs, les élèves ont réalisé un projet collectif de construction d’un modèle de leur village. En équipes, à l’aide de carton et de peinture, les élèves ont bâti de modèles de différents édifices de leur village. Ils ont également préparé une courte histoire qui décrit chaque édifice. Chaque histoire a été audio-enregistrée par un groupe d’élèves. Ensuite, un autre groupe d’élèves a construit un circuit avec un interrupteur de courant intégré dans chaque modèle de bâtiment. Ils ont également effectué un codage associant le son (histoire de l’édifice) et le modèle. Ainsi, une personne qui veut visiter le village peut avoir une visite guidée programmée en écoutant chaque histoire créée par les élèves. Lors de la visite de l’école par notre groupe de recherche, tous ces détails nous ont été expliqués par un groupe de trois élèves qui ont raconté leur histoire à succès de ce projet collectif en vantant leurs idées authentiques, leur joie de travailler ensemble sur un si gros projet, la force de chaque élève qui y a apporté son brin de créativité et aussi de la fierté de leur communauté.

Village Minecraft

Produit final : modèle réduit du village interactif
Produit final : modèle réduit du village interactif

Dans le second projet, un groupe d’élèves de 6e, 7e et 8e année, également d’une école en milieu rural, a réalisé, dans un labo créatif, un projet de construction collaboratif de leur village à l’aide d’une plateforme virtuelle Minecraft. Tout comme leurs camarades de 3e année dans l’exemple précédent, dans les entretiens avec les chercheurs, les élèves ont exprimé leur plaisir de travailler ensemble sur un projet complexe et signifiant. Le travail a exigé beaucoup de temps, de méticulosité et d’effort collaboratif. Une fois le modèle bâti, les élèves pouvaient utiliser leur imagination pour animer le village en créant des personnages et des aventures. Nous avons observé, tout au long de ce travail, les élèves discutant entre eux, se regroupant pour voir et commenter les trouvailles de leurs camarades de classe et pour s’entraider, contribuant ainsi au bienêtre collectif.

Un élève assemble une maison de son village sur Minecraft
Un élève assemble une maison de son village sur Minecraft

Fabrication d’un tubulum

Le troisième projet a eu lieu dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire incluant la musique, les mathématiques et la technologie. Deux groupes d’élèves de 7e et 8e année d’une école du Nord-Est du Nouveau-Brunswick, respectivement accompagnés par leur enseignant et une équipe de chercheurs, ont fabriqué collectivement un instrument de musique, un tubulum (marimba en tube de PVC) et son support en bois. Ce projet avait trois objectifs :

  • intégrer des concepts mathématiques, tels que les fractions (pour chaque tube représentant une note de la gamme);
  • intégrer la technologie en fabriquant le tubulum et son support;
  • explorer les rythmes en créant des suites et de la régularité
Un groupe d’élèves jouent la pièce de musique qu’ils ont composée avec des rythmes
Un groupe d’élèves jouent la pièce de musique qu’ils ont composée avec des rythmes

Lors des séances collectives pour concevoir le tubulum, les élèves en groupe-classe ont généré différentes idées originales, posé des questions, écouté leurs camarades de classe et proposé des pistes de solution. Par la suite, en petits groupes de travail, les élèves ont mesuré chaque tube représentant une note de la gamme, et une équipe d’élèves-luthiers a construit le support en bois et y a apposé les tubes préalablement coupés et ordonnés. Afin d’explorer les rythmes en créant des suites et de la régularité, les élèves ont participé à un atelier de création sonore. À l’aide de cartes représentant des rythmes, ils ont dû créer des patrons rythmiques de leur choix. La créativité dans cet espace collaboratif a été féconde. Pour accompagner leur patron rythmique, les élèves ont réalisé des chorégraphies soit avec leurs mains soit à l’aide de tubes plastiques, parfois même accompagnées de paroles. Les élèves ont confirmé avoir eu beaucoup de plaisir à créer et à faire de la musique avec leurs pairs; ils ont aussi dit avoir appris à tisser des liens entre la musique et les mathématiques tout en étant motivés par l’esprit collaboratif du projet.

Produit final : le tubulum avec son support
Produit final : le tubulum avec son support

Spectacle de Noël 2.0

Canne de Noël en carton fabriquée par 3 élèves pour leur numéro de spectacle
Canne de Noël en carton fabriquée par 3 élèves pour leur numéro de spectacle

Le dernier projet était un spectacle de Noël surnommé 2.0 d’une autre école du Nord-Est de la province. Ce projet, qui a demandé plusieurs mois de préparation, a été conçu à l’aide de technologies numériques par les élèves avec l’appui de leur enseignante de musique et de deux enseignants titulaires. L’un des numéros de ce spectacle a été entièrement conçu par une équipe de trois filles de 5e année. Elles ont imaginé une « bataille » de chant : une élève commencerait à chanter, mais ses deux amies, voulant chanter d’autres chansons, vont lui couper la parole à tour de rôle. À la fin, elles feront la paix et chanteront ensemble une chanson différente aimée par toutes les trois. Chaque chanson était représentée par une canne de Noël géante en carton que les trois élèves avaient fabriquée. Les chansons étaient sauvegardées dans un ordinateur et à l’aide du logiciel de programmation Scratch et du Makey Makey, une chanson s’activait lorsqu’une des élèves appuyait sur la canne appropriée. Le choix des chansons et du mode de présentation se sont faits en commun. Les élèves ont aussi cherché ensemble des solutions aux défis techniques posés par l’utilisation du numérique et ont vécu des moments d’émerveillement et de réussite.

Produit final : Spectacle de Noël 2.0 devant un public composé de gens de la communauté
Produit final : Spectacle de Noël 2.0 devant un public composé de gens de la communauté

En conclusion, nous constatons que ces quatre exemples permettent d’inspirer une enseignante ou un enseignant qui cherche à multiplier les occasions d’épanouissement créatif pour le bienêtre de chaque élève. Tout d’abord, lors de la réalisation de leurs projets collectifs, la participation de chacune et de chacun est un élément clé du succès : chaque élève y apporte quelque chose, son « grain de sel ». En reconnaissant l’expertise de toutes et de tous, tout le monde se sent valorisé, épanoui, donc bien dans sa peau. On s’appuie ainsi sur une force permettant à chaque élève de s’exprimer librement, ce qui crée un espace sécuritaire de collaboration, de partage et d’entraide (Freiman, 2020). Dans ce contexte de création mutuelle, le matériel est plus qu’un simple outil technologique qui aide à accomplir une tâche particulière; c’est plutôt un agent de libération de l’esprit créatif « in-situ » au moment présent lorsque tous les efforts réunis apportent quelque chose de nouveau, d’inédit; dans ce moment même, se matérialise une idée spontanée, qui n’émerge pas comme un savoir « transmis », culturellement plausible, mais plutôt comme un savoir « créé », nouveau, conçu collectivement et qui garde à la fois les empreintes de la créativité de chacun, de son identité, et de celles d’un groupe uni. Tout le monde qui a contribué s’y reconnait, s’y identifie dans une joie et une fierté d’avoir créé quelque chose d’unique, une vraie œuvre commune. Dans cette dynamique inclusive, des liens communs se tissent par la créativité mettant en lumière les forces créatives, parfois latentes, de chaque membre du groupe. En s’en inspirant, les éducatrices et éducateurs qui font face à toutes sortes de défis liés à la pandémie ou à d’autres obstacles peuvent-ils trouver dans ces moments créatifs, une lueur d’espoir positif d’un monde meilleur que leurs élèves sont en train de construire « dès le moment présent »?

 

Tout Photos : Fournies par les auteurs

Photo : iStock

Première publication dans Éducation Canada, septembre 2021

 

Références

Bosqué, C. (2015). Enquête au cœur des FabLabs, hackerspaces, makerspaces : Le dessin comme outil d’observation. Techniques et culture, doi.org/10.4000/tc.7579

Churchill, D. R. C. (2019). Creativity and the arts in early childhood: Supporting young children’s development and wellbeing. Jessica Kingsley Publishers.

Lingley, J. et Wong, J. (2020). Making Green Solutions. Converging classroom projects with the UN Sustainable Development Goals and Canada’s 2030 Agenda. www.edcan.ca/articles/green-solutions/

Freiman (2020). Issues of Teaching in a New Technology-Rich Environment: Investigating the Case of New Brunswick (Canada) School Makerspaces. In: Ben-David Kolikant Y., Martinovic D., Milner-Bolotin M. (eds) STEM Teachers and Teaching in the Digital Era. Springer, Cham. doi.org/10.1007/978-3-030-29396-3_15

Mezirow, J. (1990). Fostering Critical Reflection in AdulthoodSan Francisco: Jossey Bass.

Robichaud, X., Freiman, V., Doiron-Pelletier, C., et Pelletier, M.-A. (2016). Développement de la créativité à l’aide des iPads : nouveaux outils pour les enseignantes et les enseignants de musique au primaire. Actes de la conférence CIRTA, www.cirta.org/index.php/50-banque-de-textes-actes-colloque-2016/232-developpement-de-la-creativite-a-l-aide-des-ipads-nouveaux-outils-pour-les-enseignantes-et-les-enseignants-de-musique-au-primaire

Tremblay, J. (2012). Indices de transformation sociale par l’art qui relie une pratique artistique avec et dans la communauté. Éducation et Francophonie, XL(2), www.acelf.ca/c/revue/pdf/EF-40-2-083-TREMBLAY.pdf

Apprenez-en plus sur

Photo of Viktor Freiman

Viktor Freiman

Professeur titulaire, Université de Moncton

Viktor Freiman est professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Moncton. Ses recherches portent sur l’enseignement des mathématiques, la résolution de problèmes, l’usage de technologies et l’actualisation du potentiel créatif de chaque élève dans un contexte interdisciplinaire.

Découvrir

Xavier Robichaud

Chercheur, Université de Moncton Campus Shippagan

Xavier Robichaud est professeur adjoint en Éducation à l’Université de Moncton, campus de Shippagan. Ses intérêts de recherche portent sur la pédagogie de la créativité, la techno pédagogie et le processus créatif dans les arts, notamment en musique.

Découvrir
Photo of Jacob Lingley

Jacob Lingley

Directeur de la Conception Pédagogique Organisation, Labos Créatifs

Jacob Lingley est directeur de la conception et de l’enseignement chez Labos créatifs. Il promeut la réalisation de projets créatifs pour les élèves à partir de matériaux divers et se dédie au soutien du personnel enseignant dans cette exploration riche et approfondie des disciplines STIM.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Rejoignez notre réseau