|
Design technopédagogique, Engagement, Pratiques prometteuses

Au-delà de la pensée magique

Être confronté à de nouvelles idées ou de nouvelles croyances crée un état de déséquilibre très stimulant en éducation. L’esprit critique et la prise en compte de l’intelligence collective sont indissociables de tout processus innovant qui émane parfois de la base, d’une réponse à une urgence ou à une crise, de nouvelles pratiques, d’invention de concept, de résultats de recherche ou d’une démarche réflexive. Peu importe le chemin emprunté, il faut une bougie d’allumage pour susciter des questionnements, construire de nouvelles façons de faire ou changer ses pratiques. Tout part fondamentalement du besoin de se renouveler et de trouver un sens à ce qu’on fait.

Tant l’évolution de la recherche que le rapide développement des nouvelles technologies exigent une maturité professionnelle qui ne peut se déployer qu’à travers un espace professionnel dédié au dialogue, un lieu d’échanges entre innovateurs où la prise de risque est encouragée. Passer de l’idée inventive à son implantation demeure le plus grand défi. Plusieurs réformes se sont heurtées à un mur de résistance face au changement. Pourquoi? Parce que trop souvent le changement était imposé et les principaux acteurs n’étaient pas associés à son pilotage. Il en va de même pour l’implantation des nouvelles technologies. Ce n’est pas parce qu’il y a des tableaux blancs interactifs et des ordinateurs portables dans une classe que le changement va automatiquement se produire. Raisonner ainsi relève de la pensée magique. Il faut que l’enseignant planifie, structure et réalise, avec ses élèves, des situations d’apprentissage significatives et complexes permettant leur utilisation.

Pour toute innovation participative, il importe que l’ensemble des collaborateurs soient impliqués dans tout le processus. Par exemple, résoudre collectivement un problème ouvre une belle opportunité de création. L’innovation peut certes créer des tensions, générer des crises. Il faut apprendre à gérer l’incertitude, accueillir l’imprévu et faire confiance aux innovateurs. Les prix Ken Spencer visent justement à reconnaître des gens du terrain qui ont su oser, innover et imaginer de nouveaux scénarios d’apprentissage. En un mot, l’innovation est un puissant levier « d’agir » pour transformer l’apprentissage. Et comme le dit si bien Philippe Meirieu : « Innover, c’est inventer des modèles et des outils pour résoudre des problèmes qui émergent dans une ambition éducative. »

Écrivez-nous!

Transmettez vos lettres ou propositions d’articles à redaction@cea-ace.ca ou indiquez vos commentaires dans la version en ligne d’Éducation Canada, à www.cea-ace.ca/fr/educationcanada

Première publication dans Éducation Canada, novembre 2013

Apprenez-en plus sur

Yolande Nantel

Yolande Nantel

Yolande Nantel est la rédactrice en chef francophone d’Éducation Canada.

Yolande Nantel is the French Editor of Education Canada.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau