|
Enseignement, Évaluation, Pratiques prometteuses

Au collégial – L’engagement de l’étudiant dans son projet de formation

Dans cet avis du Conseil supérieur de l’éducation portant sur l’engagement des étudiants dans leur projet de formation, le Conseil a exploré la question de la réussite éducative sous l’angle de la dynamique des relations entre les étudiants et les collèges[1] dans le développement et le soutien de l’engagement. Le Conseil y a aussi mis en lumière les principaux facteurs d’engagement dans les études, leurs manifestations et les actions susceptibles de mieux soutenir cet engagement.

L’engagement est souvent soulevé pour tenter d’expliquer l’attitude des étudiants à l’égard de leurs études. Les travaux que le Conseil a menés ainsi que les consultations qui ont été faites auprès d’acteurs du milieu ont permis de faire ressortir certains éléments clés relatifs à l’engagement et de dégager certains constats.

Un premier élément est la difficulté de bien cerner ce qu’est l’engagement, car la notion d’engagement est polysémique et ses manifestations, multiformes. L’engagement pourrait se définir comme l’interrelation de l’importance qu’un individu accorde aux études et à la vie au collège avec l’effort qu’il consent pour l’acquisition du savoir et pour l’établissement de liens avec son environnement. L’engagement est une action multidimensionnelle comportant trois principales dimensions : une dimension affective, qui est l’importance accordée aux études et à la vie au collège; une dimension cognitive, qui se traduit tant par la quantité que par la qualité des efforts consentis pour acquérir le savoir; une dimension sociorelationnelle, qui se manifeste dans les liens que l’étudiant établit et entretient avec son environnement. Ces dimensions sont en constante interrelation les unes avec les autres. Elles s’imbriquent l’une dans l’autre : elles interviennent alternativement ou simultanément selon l’évolution d’une situation et leurs manifestations varient en fonction des caractéristiques des étudiants, de la formation suivie et des étapes de leur cheminement scolaire.

L’enquête menée auprès des acteurs des collèges a permis de faire un certain nombre de constats. D’abord, il apparaît que les étudiants accordent une grande importance à leurs études et à la vie dans leur collège, contrairement à certaines perceptions. De plus, la majorité d’entre eux adoptent des conduites scolaires et consacrent des efforts soutenus à leurs études, ce qui témoigne de l’importance des études parmi les valeurs des étudiants. On observe aussi qu’il est important pour eux d’établir des relations avec leurs pairs et avec leurs enseignants ainsi que de participer aux activités du collège. Un autre constat est qu’il existe des liens entre certaines manifestations d’engagement et la réussite éducative. C’est ainsi que l’on observe un rendement scolaire plus élevé et un meilleur taux de diplomation chez les étudiants affirmant consacrer beaucoup d’efforts aux études ou disant ressentir un fort sentiment de bien-être et d’intégration à la vie du collège.

…on observe un rendement scolaire plus élevé et un meilleur taux de diplomation chez les étudiants affirmant consacrer beaucoup d’efforts aux études ou disant ressentir un fort sentiment de bien-être et d’intégration à la vie du collège.

Bref, les trois dimensions de l’engagement étant complémentaires, elles contribuent toutes à la réussite éducative. En conséquence, il est important pour les collèges d’intervenir au regard de chacune d’elles. Pour ce faire, les collèges doivent relever quatre défis : adopter un point de vue objectif sur les manifestations d’engagement des étudiants; tenir compte, dans l’offre de mesures d’aide, des différences entre les étudiants en fonction de leurs caractéristiques et de leur cheminement scolaire; développer des stratégies pédagogiques variées en classe qui tiennent compte de la diversité des individus et, finalement, offrir un milieu de vie signifiant pour les étudiants.

En lien avec ces défis, le Conseil a déterminé quatre axes de développement pour guider l’action des différents acteurs dans le soutien à l’engagement afin d’atténuer une certaine dissonance dans la perception de l’engagement chez les acteurs des collèges et chez les étudiants eux-mêmes. En effet, plusieurs intervenants des collèges ont le sentiment que les étudiants sont peu engagés, principalement sur le plan cognitif, tandis que les étudiants, au contraire, se considèrent comme engagés sur ce plan.

Le premier axe de développement concerne la connaissance des jeunes. Compte tenu des perceptions parfois divergentes qu’ont les différents acteurs sur l’engagement, le Conseil considère comme important de mettre en place des outils pour mieux connaître les jeunes et de diffuser l’information recueillie pour ainsi atténuer l’effet de dissonance qui existe chez les différents acteurs.

Le deuxième axe de développement est la diversification des mesures, ce qui permet de tenir compte de la variété et de l’évolution de la population étudiante. Cette diversification des mesures pourrait passer par l’innovation pédagogique, pour répondre rapidement et efficacement à des besoins en émergence, et par l’existence de lieux de concertation afin que les différents acteurs puissent échanger entre eux pour planifier et mettre en place les actions appropriées.

Les relations pédagogiques constituent le troisième axe de développement que le Conseil considère comme un contexte majeur d’intervention du soutien à l’engagement. Il propose de miser sur l’utilisation en classe de stratégies pédagogiques variées et cohérentes dans une perspective « d’approche programme ». De plus, il considère que c’est par le perfectionnement et la formation continue des enseignants que pourra se développer une pédagogie de soutien à l’engagement.

…c’est par le perfectionnement et la formation continue des enseignants que pourra se développer une pédagogie de soutien à l’engagement.

Enfin, le quatrième axe de développement est constitué des services et activités que les collèges doivent continuer à offrir aux étudiants. Ces activités et ces services doivent être variés pour répondre le mieux possible aux aspirations et aux goûts de nombreux jeunes pour qui le collège est un milieu de développement personnel et social.

À partir de ces axes de développement, le Conseil a formulé des recommandations s’adressant à la fois à la ministre et aux acteurs des collèges. Pour n’en nommer que quelques-unes, le Conseil recommande à la ministre de soutenir l’élaboration d’un outil d’enquête permettant d’établir un portrait individuel et collectif de l’engagement et de s’assurer que cette information soit diffusée non seulement aux acteurs du réseau collégial, mais aussi aux étudiants eux-mêmes. Il recommande aussi à la ministre et aux collèges de favoriser l’innovation pédagogique chez le personnel du collégial pour répondre adéquatement et rapidement aux besoins des différentes populations. Aux enseignants et aux collèges, il recommande de recourir à des formules et à des stratégies pédagogiques variées pour susciter la participation active des étudiants à leur éducation et pour encourager un apprentissage en profondeur. Finalement, il recommande aux collèges, en matière de services aux étudiants, de maintenir une offre de services et d’activités diversifiée en fonction des caractéristiques des étudiants et de leur milieu.

Première publication dans Éducation Canada, janvier 2013

 

Référence : http://www.cse.gouv.qc.ca/fichiers/documents/publications/Avis/50-0457.pdf

RECAP – This article presents the main findings of the Conseil supérieur de l’éducation on the engagement of CEGEP students. The Conseil invites all stakeholders to consider supporting engagement as a key element in student success. It observes that engagement is multifaceted and changes during the progression through CEGEP. Supporting engagement requires objective knowledge of youth, their values, and their attitudes; the creation of a variety of support measures; and cooperation among stakeholders. The Conseil’s recommendations, intended for both the Minister and CEGEP stakeholders, include: creating and disseminating an investigative tool to enable individual and collective portraits of engagement to be established; promoting educational innovation among CEGEP staff; and implementing varied educational strategies as well as a diversified range of services and activities based on the characteristics of their students and their environment.


[1] Conseil supérieur de l’éducation (2008). Au collégial – l’engagement de l’étudiant dans son projet de formation : une responsabilité partagée avec les acteurs de son collège. Québec : Le Conseil, 102 p.

Apprenez-en plus sur

Jean-Denis Moffet

Jean-Denis Moffet, Ph.D., directeur des études et de la recherche, Conseil supérieur de l’éducation du Québec Le Conseil supérieur de l’éducation est un organisme gouvernemental autonome institué comme lieu privilégié de réflexion en vue du développement d’une vision globale et prospective de l’éducation pour conseiller le ou la ministre de l’Éducation, sur toute question relative à l’éducation.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

LOGIN Join The Network