|
Évaluation, Pratiques prometteuses

Engagement intellectuel, résultats scolaires et défi d’apprentissage

Rapports récents de l’initiative Qu’as-tu fait à l’école aujourd’hui?

Les élèves fréquentent-ils passivement l’école ou sont-ils engagés dans leurs études? Comment l’engagement des élèves influe-t-il sur l’apprentissage, la réussite et l’enseignement? Depuis 2007, l’initiative Qu’as-tu fait à l’école aujourd’hui? de l’Association canadienne d’éducation portant sur l’engagement des élèves clarifie ces questions en réalisant une enquête auprès de quelque 60 000 élèves dans 18 conseils scolaires au Canada.

L’initiative est parmi les premières à étudier les liens entre l’engagement intellectuel, l’enseignement et l’apprentissage. Le concept de l’engagement des élèves se divise en trois catégories : l’engagement social, l’engagement scolaire et l’engagement intellectuel. Chacune comporte trois mesures secondaires (voir la figure 1).

Les plus récents rapports Qu’as-tu fait à l’école aujourd’hui? examinent les résultats scolaires, le défi d’apprentissage et l’engagement intellectuel.

Les plus récents rapports Qu’as-tu fait à l’école aujourd’hui? examinent les résultats scolaires, le défi d’apprentissage et l’engagement intellectuel.

Rapport un – L’engagement des élèves et les résultats scolaires

Ce rapport, signé J. Dunleavy, J. D. Willms, P. Milton et S. Friesen, examine les liens entre les neuf mesures de l’engagement des élèves et leurs incidences sur leurs notes en arts du langage, en sciences et en mathématiques.

Figure 1. – Neuf mesures de l’engagement des élèves:

edcan-v53-n1-sefcik-fr-table1-rev

Les résultats indiquent une étroite relation entre les notes et la réalisation de devoirs, l’assiduité et l’effort réalisé pour bien réussir en classe. Toutefois, les liens entre l’intérêt et la motivation par rapport aux résultats obtenus pour les trois sujets figurent parmi les plus faibles.

Ces résultats – particulièrement la faible corrélation de l’intérêt et de la motivation par rapport aux notes – soulèvent des questions liées au modèle actuel d’évaluation par des notes et son incidence sur l’apprentissage. Une étude de cas illustre que les structures d’attribution de notes mettent davantage l’emphase sur les attitudes et le comportement, plutôt que sur les preuves d’un réel apprentissage. Des pratiques privilégiant l’engagement scolaire peuvent nuire à l’engagement intellectuel en classe. Les auteurs invitent les éducateurs à réfléchir aux impacts de l’attribution des notes tant sur l’apprentissage et l’engagement des élèves que sur l’enseignement dispensé.

Rapport deux – Défi d’apprentissage et engagement des élèves

Le deuxième rapport, signé J. D. Willms et S. Friesen, examine le lien entre le défi d’apprentissage (l’équilibre entre les compétences des élèves et la difficulté du travail scolaire) et les neuf mesures d’engagement des élèves. D’après les résultats, la pédagogie est adéquatement adaptée aux compétences de la plupart des élèves, mais demeure inadaptée pour un certain nombre d’élèves. En arts du langage, environ la moitié des élèves se trouvent dans la catégorie compétences élevées/travail scolaire stimulant bien adapté, signifiant qu’ils sont susceptibles d’être intéressés à la matière et de réussir. Mais le travail stimule insuffisamment le tiers des élèves détenant des compétences élevées, qui disent être moins motivés à réussir que leurs pairs relevant un défi adéquat. Le défi d’apprentissage posé aux élèves ayant des compétences faibles risque aussi d’être insuffisant ou excessif (voir la figure 2).

 Figure 2. – Défi d’apprentissage en arts du langage, écoles secondaires, 2009–2010:

edcan-v53-n1-sefcik-fr-table2-rev

Une tendance similaire ressort en mathématiques et en sciences. Dans l’étude de cas, des activités de collaboration des enseignants et des élèves ont rehaussé le niveau d’engagement intellectuel.

Rapport trois – Tendances en matière d’engagement intellectuel

Signé J. Dunleavy, P. Milton et J. D. Willms, ce dernier rapport réexamine les constatations du Premier rapport national (2009). Trois ans plus tard, les niveaux d’engagement intellectuel de nombreuses écoles ont augmenté, avec une hausse statistiquement significative en mathématiques et en arts du langage. Une forte corrélation existe entre les attentes de réussite élevées des élèves, les relations positives enseignant-élève et l’accroissement de l’engagement intellectuel.

Une forte corrélation existe entre les attentes de réussite élevées des élèves, les relations positives enseignant-élève et l’accroissement de l’engagement intellectuel.

Les améliorations ne sont pas uniformes. L’engagement intellectuel dans les écoles intermédiaires a progressé davantage. Aucun gain n’a cependant été constaté, en 11e et en 12e année.

Une étude de cas illustre que la collaboration entre les enseignants eux-mêmes ainsi qu’entre les enseignants et leurs élèves, a rehaussé le niveau d’engagement intellectuel. Les auteurs recommandent un meilleur échange de connaissances concernant les méthodes efficaces, ainsi qu’une transparence accrue des pratiques utilisées dans les écoles et les classes.

Première publication dans Éducation Canada, janvier 2013

RECAP – This article appears in English on page 24.

Apprenez-en plus sur

Michael Sefcik

Michael Sefcik

Manager, Digital Marketing at Ontario Telemedicine Network (OTN)

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau