|
Chemins, Design technopédagogique, Diversité, Engagement, Évaluation

Un personnel collégial engagé

Stratégies de réussite des jeunes immigrants au niveau collégial

Au cours des dernières années, le campus du Collège Boréal à Toronto a accueilli un nombre important des jeunes immigrants d’origines diverses, venant des écoles secondaires francophones et des écoles d’immersion. Si plusieurs de ces jeunes s’adaptent relativement bien aux études collégiales, il n’en demeure pas moins que certains d’entre eux ont besoin de plus d’appui pour relever les défis de ce nouveau cadre d’apprentissage. Cet article poursuit un double objectif : expliquer les défis auxquels ces jeunes font face et proposer des stratégies susceptibles de contribuer à leur réussite solaire.

Défis scolaires des jeunes immigrants au collégial

Dans le cursus de formation de ces jeunes issus de l’immigration, les défis, réels ou perçus, sont des obstacles, des adversités, des embuches, bref, tout ce qui les empêche directement ou indirectement de réussir leurs études. Plus singulièrement, ces jeunes sont confrontés à trois défis majeurs : la compétence linguistique, le système d’enseignement collégial, et l’utilisation des technologies.  Ces défis sont, à nos yeux, les plus importants auxquels il faut s’attaquer.

1. La compétence linguistique

Les programmes collégiaux sont élaborés sur la prémisse que les étudiants qui s’y inscrivent ont des compétences minimales dans les deux langues officielles (français et anglais) pour atteindre les résultats d’apprentissage en formation professionnelle (RAFP) ainsi que résultats d’apprentissage relatifs à l’employabilité (RARE). Pour les jeunes immigrants, le manque de connaissances en anglais est un obstacle à l’atteinte de plusieurs RAFP et RARE. Malgré l’existence de la documentation en français, celle-ci ne permet pas de combler tous les besoins en matière de référence pour les cours. La familiarisation avec la terminologie dans les deux langues, que nous considérons comme un important avantage concurrentiel pour les diplômés des collèges francophones, est pourtant un motif de frustration pour ces jeunes qui, venant des pays où l’apprentissage de l’anglais n’est pas une exigence du curriculum, apprennent celle-ci comme troisième ou quatrième langue.

2. Le système d’enseignement collégial

Nous constatons que les jeunes immigrants qui éprouvent des difficultés viennent de systèmes d’enseignement où la mémorisation des théories est plus accentuée que la pratique (le savoir-faire). Ces jeunes doivent désormais se familiariser avec un système où le travail en équipe (interdépendance), l’esprit entrepreneurial (indépendance) et le respect des consignes (dépendance) sont les principales caractéristiques.

3. L’utilisation des technologies

Les programmes des collèges doivent répondre aux besoins du marché de travail où l’adaptation aux nouvelles technologies est un impératif. Plusieurs plans de cours présentent ou moins deux outils (logiciels, équipement, programme) que les étudiants doivent apprendre pour atteindre les RAFP et les RARE.  La maîtrise de ces outils, mieux les connaissances de leur utilisation, est un préalable nécessaire à l’accès aux études collégiales. Ce qui n’est pas toujours le cas pour les jeunes immigrants.

Stratégies pour assurer la réussite des jeunes immigrants

Les services d’appui à l’apprentissage du collège accompagnent les étudiant(e)s dans le développement de leur plein potentiel en leur offrant des services de qualité adaptés à leurs besoins. L’adaptation de ces services aux besoins des jeunes immigrants se traduit par, entre autres, les stratégies suivantes :

  1. Organisation, au début de chaque année, des journées d’accueil et d’orientation sur le système d’enseignement à l’attention des jeunes immigrants. Ces journées servent de cadre pour, entre autres, présenter les services disponibles et les attentes des programmes, initier les premiers contacts avec le personnel et amortir le choc du passage du secondaire au collégial.
  2. Évaluation du niveau de l’anglais de tous les étudiants de première année, suivi de l’offre, à la première étape, d’un cours d’anglais préparatoire à ceux qui n’ont pas le niveau minimal exigé pour  atteindre les RAFP et les RARE.
  3. Mise sur pied d’un laboratoire de langue doté d’un personnel spécialisé qui assure le suivi personnalisé des étudiants.
  4. Mise en œuvre d’un vaste projet de persévérance scolaire qui implique l’ensemble de la communauté collégiale. Ce projet permet, entre autres, l’élaboration de contrats d’apprentissage et de cheminements scolaires personnalisés pour les étudiants qui sont à risque d’échec après les évaluations de rendements scolaires de la mi-session. Ces contrats contiennent la liste des cours à risques d’échec ainsi que les appuis disponibles (tutorat par les pairs, tutorats spécialisés, mentorats, « counseling » personnalisé,  etc.). Les étudiants signent ces contrats pour démontrer leur engagement dans leur mise en œuvre.

Conclusion

Les jeunes immigrants font face à de multiples défis durant le processus d’intégration scolaire. Il est important que le personnel collégial s’engage de façon continue à les identifier et à développer des stratégies diversifiées afin de faciliter leur intégration et leur succès scolaire.

Première publication dans Éducation Canada, septembre 2013

Références

Dubois, D., & Kabatakaka, B. (2011). Appui à l’apprentissage avec l’accent sur l’anglais langue seconde. Collège Boréal (rapport interne).

Gaudet, E., & Loslie, S. (2009). Recherche sur le succès scolaire des étudiants de langue et culture différentes inscrits dans les établissements collégiaux francophones du Canada. Ottawa, Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada (RCCFC).

Apprenez-en plus sur

Mimoza Tulina

Mimoza Tulina PhD, est  conseillère  au Collège Boréal, au campus de Toronto. Elle est détentrice d’un doctorat  en sociologie de l’éducation de l’Université d’Albanie.

Découvrir

Bululu Kabatakaka

Bululu Kabatakaka, PhD, est directeur des programmes postsecondaires et de l’intégration au Campus du Collège Boréal à Toronto. Il est détenteur d’un doctorat en sciences humaines de l’Université Laurentienne.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

LOGIN Rejoignez notre réseau