|
Engagement, Enseignement, Programmes

L’apprentissage d’une langue étrangère, un défi réalisable et souhaitable pour tous!

Avec les phénomènes de mondialisation, de réseaux sociaux et de multiculturalisme de plus en plus présents dans notre société, nul doute que l’apprentissage d’une 2e et même d’une 3e langue devient incontournable et nécessaire. Mais est-ce que l’école prépare bien nos jeunes à ces nouvelles réalités du 21e siècle?

S’il est vrai qu’il y a quelques années, nous pouvions être unilingues sur le marché du travail, il en va tout autrement aujourd’hui. L’école a un rôle à jouer. Le bilinguisme est une nécessité et le multilinguisme un atout indéniable. Il faut dire qu’actuellement de nombreux efforts sont déployés pour accompagner l’élève immigrant à bien s’intégrer dans sa société d’accueil. Les articles en français, dans cette édition, en font foi. L’auteur Georges Duquette nous invite à respecter les critères qui favorisent l’acquisition d’une langue étrangère et les principes de base concernant le bilinguisme et les langues secondes, tout en sauvegardant sa langue d’origine. Les chercheures Françoise Armand et Diane Dagenais croient que la diversité linguistique constitue une porte d’entrée particulièrement riche pour l’éducation interculturelle. Elles présentent un projet très prometteur d’éveil aux langues vécu dans des classes de Montréal et de Vancouver. En février 2011, le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, annonçait que le gouvernement rendrait obligatoire l’implantation de l’anglais intensif pour tous les élèves de sixième année du primaire. Micheline Schinck appuie cette mesure reconnue comme la méthode la plus efficace jamais développée dans les programmes d’éducation à grande échelle, pour l’acquisition d’une langue seconde. L’approche actionnelle dans l’enseignement des langues étrangères présentée par Marianne Jacquin est une avenue intéressante à explorer. Cette auteure affirme que contrairement à des situations d’usage de la langue en dehors de l’école, ce qui compte ou devrait compter en classe, c’est le processus d’apprentissage, davantage que le résultat.

Pour entrer en contact avec les personnes qui nous entourent dans un monde multiculturel, la langue est le premier et le meilleur outil pour échanger, se comprendre et construire un monde meilleur. Dans cette perspective, je partage entièrement cette réflexion de Rudolph Steiner : « Chaque langue dit le monde à sa façon. Chacune édifie des mondes et des antimondes. Le polyglotte est un homme plus libre. »

Apprenez-en plus sur

Yolande Nantel

Yolande Nantel

Yolande Nantel est la rédactrice en chef francophone d’Éducation Canada.

Yolande Nantel is the French Editor of Education Canada.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

LOGIN Join The Network