|
Engagement

De simples signaux à un changement de taille

L’éducation publique se transforme

Un « ping » est un signal sonore nous avertissant que quelque chose d’intéressant ou d’inconnu se manifeste autour de nous. Souvent, on doit investiguer pour comprendre davantage. Cela peut nous mener vers de nouvelles découvertes ou systèmes – soit vers un changement de taille. C’est ainsi que j’envisage la technologie et l’apprentissage. Dans cet article, je veux faire état de récents développements en Ontario et au Québec. Il ne s’agit que de quelques exemples parmi d’autres de notre initiative d’apprentissage en profondeur (Deep learning) à laquelle adhèrent plus de 1 000 écoles dans 7 pays, incluant plusieurs au Canada. Il faut dire que de nombreux changements sont présentement en cours et qu’ils ne sont que les balbutiements d’un changement encore beaucoup plus grand qui sera conduit par les leaders du système d’éducation (même si des forces externes s’avèrent indispensables pour parfaire la transformation du système). Quoi qu’il en soit, il est clair qu’un profond changement à l’échelle du système d’éducation va s’opérer au cours de la prochaine décennie et que le Canada en sera le chef de file.

Deux « ping », résonnant de façon différente, devraient nous interpeller : l’ennui et l’enthousiasme. Nous savons que la scolarisation traditionnelle a pour effet de « désengager » les élèves. Pour bien saisir cette problématique, posons-nous la question suivante : Est-il possible pour un élève d’obtenir de bonnes notes et un diplôme de fins d’études, sans pour autant être en mesure de se débrouiller dans la vie? Sans compter ceux qui décrochent ou sont complètement désintéressés de l’école. Un autre « ping » – celui qui offre le plus d’espoir – serait l’apprentissage en profondeur où la technologie, la pédagogie et de nouvelles cultures innovantes peuvent interagir afin de produire un apprentissage individuel et collectif dépassant les limites de tout ce que nous avons vu jusqu’ici. Ce changement fondamental est précisément le propos de mon article.

Bien que ce changement n’en soit qu’à ses débuts, il faut s’attendre à ce qu’il s’accélère de façon fulgurante. Il transforme radicalement les attentes d’apprentissage (en développant les compétences globales); il transforme la pédagogie (en mettant l’accent sur des sujets pertinents pour l’individu et la collectivité); et il transforme le contexte (centré sur l’apprentissage). En fait, cela change le fondement épistémologique de l’apprentissage ainsi que la raison d’être de l’homme dans l’univers. Le changement de taille dont il est question fait du pédagogue Paulo Freire un prophète. En effet, il y a 50 ans, celui-ci disait que le rôle de l’éducation était « de toucher et de transformer le monde [afin de créer] de nouvelles possibilités de vie toujours plus riche, tant sur le plan individuel que collectif » [Traduction libre].

Rappelons que l’apprentissage en profondeur se veut un apprentissage durable et non uniquement une acquisition du savoir.

Ce changement potentiellement radical en éducation pourrait être qualifié de « mouvement social de grande envergure ». Nous avons capté les débuts de ce mouvement (les trois premières années) dans un ouvrage intitulé « Deep learning : Engage the world Change the world »1. De façon plus informelle, j’aimerais présenter l’évolution de ce mouvement dont trois exemples proviennent de conseils scolaires de l’Ontario et un autre du Québec. Certaines de ces initiatives ne sont pas encore très avancées, mais cela progresse. Rappelons que l’apprentissage en profondeur se veut un apprentissage durable et non uniquement une acquisition du savoir.

ONTARIO

Ottawa Catholic School Board (OCSB)

OCSB ONTARIO

Diagramme 1 (de l’OCSB)

L’OCSB compte 84 écoles et 41 000 élèves. L’OCSB s’est joint à notre initiative d’apprentissage en profondeur il y a trois ans et a immédiatement élaboré un programme de changement à l’échelle du système. Le déploiement s’est d’abord fait dans 7 écoles, puis 21 écoles et enfin dans toutes les écoles. Dans cet article, je ne pourrai vous décrire les multiples voies de communication et d’engagement ayant caractérisé le changement. Toutefois, la mise en œuvre fut participative et à l’échelle du conseil. Le diagramme 1 montre l’essentiel du modèle, semblable à celui figurant dans notre ouvrage publié en 2018, mais je me sers ici de la version de I’OCSB.

Voici un exemple de la stratégie : « Chaque mois, le conseil scolaire adopte un thème commun, partagé aux rencontres du personnel des écoles. Au cours des 10 mois de l’année, chaque école explore l’ensemble des quatre éléments et des six compétences globales ». De nombreuses idées chevauchantes sont mises en valeur et supportées par les interactions et l’usage de dispositifs numériques. Le conseil scolaire continue d’enregistrer des niveaux de réussite supérieurs à ceux de la province (même si on ne dispose pas encore de mesures pour les résultats des élèves en matière de compétences globales).

Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE)

CECCE

Diagramme 2 (Vision stratégique du CECCE)

Le CECCE est un conseil scolaire de l’Ontario qui compte 55 écoles et enregistre d’excellents niveaux de réussite depuis plusieurs années. Ce conseil a déployé plusieurs initiatives pour développer les apprentissages en profondeur dont le perfectionnement des enseignants leaders, le renouvellement de sa vision et mission pour engager les élèves et transformer leur expérience d’apprentissage, et l’actualisation du profil de sortie de l’élève qui comprend les six compétences globales. Dans l’une des initiatives, le CECCE a développé un outil de mesure en pensée critique et a interprété son impact. En tenant compte de la mentalité de croissance de ses dirigeants et de son personnel enseignant, le CECCE a évoqué les constats suivants :

  • Des preuves accrues de la pensée critique des élèves et de pratiques d’enseignement transformées;
  • Des équipes mieux alignées et plus mobilisées lorsque la direction d’école soutient activement l’initiative;
  • Des élèves créateurs de leur savoir;
  • Une capacité accrue de résolution des problèmes chez les élèves lorsqu’ils collaborent avec leurs pairs;
  • Un accroissement de compétences en communication et collaboration parmi les élèves;
  • Une planification et résolution des problèmes collaboratifs entre les enseignants;
  • Une amélioration de l’enseignement à grande échelle;
  • Un accroissement des niveaux de créativité chez les élèves ayant des difficultés d’apprentissage (résolution des problèmes avec les pairs);
  • Une intégration pertinente de la technologie lorsque la pensée critique se retrouve dans l’intention pédagogique.

En s’efforçant de créer des contextes d’apprentissage en profondeur, le CECCE soutient les pratiques professionnelles qui transforment l’apprentissage.

Les stratégies de coaching du CECCE auprès du personnel visent le développement de nouvelles pédagogies émergentes, des aménagements d’environnements et d’espaces d’apprentissage et une intégration de la technologie au service de l’apprentissage, du leadership et du bien-être de l’élève.

Ottawa Carleton District School Board (école publique Glashan)

Glashan est une école publique intermédiaire pour les élèves de 7e et 8e années. En 2014, l’école a commencé à se pencher sur les 6 C. Jim Tayler, directeur de l’école, a décrit ainsi les premières étapes de l’évolution :

« Durant les deux premières années du projet, plusieurs enseignants se sont mis à intégrer les 6 C dans le cadre de leur pratique d’enseignement. Mais le projet est devenu beaucoup plus vaste. Plusieurs enseignants ont compris l’importance de modéliser les 6 C. Certains enseignants en sont venus à voir que les 6 C sont un levier important pour appuyer le curriculum et ses contenus. Ainsi, des élèves et des enseignants ont analysé certains romans et courts récits pour voir dans quelle mesure les personnages manifestaient les 6 C. Les enseignants se sont aussi penchés sur l’habileté de personnages historiques à manifester les 6 C. Beaucoup d’entre eux ont commencé à faire des liens entre les 6 C et le bulletin provincial, au niveau des habitudes de travail et des habiletés d’apprentissage.

L’utilisation des 6 C a pris de l’ampleur lorsqu’ils sont devenus les critères fondamentaux d’une demande de participation pour le premier voyage international de l’école en Chine, pour des élèves de 8eannée. Ceux-ci ont dû soumettre des évidences sur comment les 6 C se traduisaient à l’école, à la maison et dans la communauté. Les élèves ont donné libre cours à leur créativité et depuis, nous avons reçu de remarquables demandes de participation » [Traduction libre].

QUÉBEC

Les commissions scolaires au Québec et les conseils scolaires d’autres provinces ont eu peu d’occasions de collaborer par le passé en raison des différences linguistiques. Toutefois, le « ping » des changements de taille s’est fait entendre et les membres de la Direction générale des commissions scolaires, avec le soutien de la Fondation Chagnon, m’ont demandé en 2014 de les aider à actualiser « le leadership par le milieu » qui place les commissions scolaires au centre d’une stratégie de changement systémique axée sur le développement individuel et collectif en tant qu’agents transformateurs. C’est un important changement et 56 des quelque 70 commissions scolaires y ont souscrit.

Le projet « CAR : Collaborer Apprendre Réussir » est fondé sur les principes suivants :

  • Leadership pédagogique de la part des commissions scolaires;
  • Pratiques collaboratives;
  • Pratiques réflexives en action;
  • Apprentissage en réseau;
  • Suivi du progrès à trois niveaux (province, commission scolaire, école);
  • Utilisation de pratiques exemplaires et émergentes.

La Fondation Chagnon s’est engagée à financer l’initiative au moins jusqu’en 2022. Certaines commissions scolaires adoptent maintenant les 6 C et l’apprentissage en profondeur. Le mouvement CAR est très fort à l’échelle du système et ne fera que s’amplifier au cours des quatre prochaines années. Le soutien de la fondation a permis la traduction de deux de nos ouvrages : « Le leadership moteur : comprendre les rouages du changement en éducation » et « Deep Learning: Engage the world Change the world » (en voie de traduction).

AU-DELÀ DE LA VAGUE DE CHANGEMENT

Ce bref article ne permet pas de capter tous les changements qui émergent à travers le Canada. D’ailleurs, des indicateurs concernant les valeurs et cultures des Premières nations, des Métis et des Inuits s’harmonisent parfaitement avec la compréhension d’un apprentissage en interaction continue avec l’univers et ses habitants.

La force du haut de la pyramide – aspect traditionnel de la scolarisation – n’est plus le point central pour effectuer des changements. Avec l’arrivée du nouveau mouvement, il faut tirer le bas vers le haut à l’aide de divers facteurs : de nouveaux agents imprégnés des 6 C, une technologie effrénée, une pédagogie radicalement différente et des collaborations professionnelles omniprésentes suscitant un changement de taille en éducation. Pour moi, cela représente une occasion en or pour diriger la transformation des écoles de l’intérieur!

Il vaut mieux se joindre au mouvement en tant qu’apprenant et créateur que d’être emporté par une vague déferlante de changement. Ne manquez pas le « ping »!

Cette traduction a été réalisée par Eugénie Congi, Surintendante du CECCE.

Qu’avez-vous pensé de cet article? rejoignez la conversation @EdCanPub #EdCan!

Illustration : iStock

Première publication dans Éducation Canada, mars 2018

1 Fullan, M., Quinn, J. & McEachen, J. Deep learning: Engage the world Change the world. Thousand Oaks, CA.Corwin Press (2018).

Portrait de l’expert

Michael Fullan Author Education Canada magazine

Michael Fullan

Advisor to the Premier and Minister of Education in Ontario

Michael Fullan, Order of Canada, is the former Dean of the Ontario Institute for Studies in Education of the University of Toronto and currently serves as an Advisor to the Premier and Minister of Education in Ontario.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau