Teachers talking together

|
Bien dans mon travail, Bien-être, Engagement, Recherche

Vivre ensemble du bonheur à l’école?

S’engager, réussir, s’émanciper

Le programme «Bonheur à l’école» invite à voir l’éducation de manière différente afin que le bien-être créé influence la réussite des élèves.

Le vrai défi au sein de nombre de milieux éducatifs serait-il, désormais, celui de parvenir à plus de « Bonheur à l’école »1? La situation contraire peut être un frein important à l’apprentissage chez les jeunes et, même, faire dévier l’établissement d’enseignement de sa mission la plus fondamentale : accompagner chaque jeune vers sa réussite scolaire, éducative2 et globale. Une idée qui est loin d’être nouvelle en éducation. Nombreux sont les penseurs depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, par exemple Érasme, Comenius, Pestalozzi, Bosco, Korczak, Neill et d’autres3, qui évoquèrent les avantages d’une dimension affective voire d’un amour de l’enseignant, tel un père ou une mère, envers ses élèves. De l’enfance à l’âge adulte, les jeunes qui fréquentent nos écoles ont besoin de se sentir aimés, appréciés pour ce qu’ils sont et d’être valorisés sur une base régulière. Nous en sommes témoins au Québec, au Canada et dans le monde. Un plus grand engagement des jeunes envers leurs apprentissages est indissociable, du moins en partie, de l’affection (amour) éprouvée pour leur enseignant. C’est d’ailleurs cela qui fait dire à plusieurs d’entre eux « moi, j’aime mon prof » ou encore « moi, j’aime mon école [aller à l’école] ».

teacher with happy kids

Réflexions, expérimentations, recherches 

Les écrits déjà vastes sur le sujet, issus d’universitaires, de chercheurs, de philosophes, de spiritualistes, de sociologues, de psychologues, d’enseignants et de l’univers journalistique exposent plusieurs types de bonheur. En éducation, des pistes prometteuses pour parvenir à un plus grand bonheur à l’école existent déjà. Elles portent sur le climat scolaire, la bienveillance, l’empathie, l’approche en entrepreneuriat conscient et son facteur E3 et aussi sur l’éducation à la santé globale. D’autres approches ont vu le jour au cours des dernières années, c’est le cas notamment de la mise en pratique des neurosciences en éducation. Un ensemble d’idées éducatives porteuses et pour lesquelles des réussites variées à diverses étapes du parcours scolaire du jeune sont observées.

De quoi parle-t-on plus précisément?

« La générosité serait l’une des sources indispensables à la base d’un bonheur durable au cœur d’un milieu de vie. »

Nous pourrions résumer notre conception de « bonheur à l’école » à la notion d’un niveau élevé de bien-être propre à l’environnement humain d’un établissement d’enseignement; et donc, nécessairement, au bien-être qu’expérimente les éducateurs investis à l’épanouissement de leur milieu scolaire et, bien entendu, celui des jeunes. Indéniablement, l’idée du « bonheur à l’école » concerne la santé psychologique et ses équilibres associés liés à un collectif humain engagé envers sa mission éducative et les jeunes. Un engagement marqué par la générosité individuelle et collective, elle-même alimentée par de profondes convictions faisant agir, souvent avec forte détermination et courage, pour le mieux-être des uns et des autres – jeunes, collègues de travail, parents et partenaires. La générosité serait l’une des sources indispensables à la base d’un bonheur durable au cœur d’un milieu de vie. D’ailleurs, beaucoup d’éducateurs ne perçoivent-ils pas leur profession d’enseignant comme leur mission de vie?

« La psychologie positive s’intéresse aux notions de bonheur, de résilience, de bien-être et d’optimisme. »

Parmi ces équilibres liés au bien-être, il y a ceux découlant 1) de la relation de respect et de valorisation des uns envers les autres; 2) de la perception positive des réalisations et progrès de l’équipe ou encore; 3) d’un environnement d’enseignement favorisant sur base régulière une cocréation pédagogique valorisante et satisfaisante. Le défi d’un milieu éducatif réside dans sa capacité à maintenir les équilibres existants ou, le cas échéant, à améliorer les conditions qui les favorisent ou, mieux encore, à carrément les créer. La psychologie positive offre dans cette perspective des solutions ayant fait leurs preuves et porteuses pour les organisations. Elle s’intéresse aux notions de bonheur, de résilience, de bien-être et d’optimisme.

Agir sur les facteurs clés du bien-être d’une équipe de personnes œuvrant dans une école est possible. Il importe toutefois que puisse être cerné l’état de situation authentique autour d’axes fondamentaux que met en lumière depuis plusieurs années une approche humaniste et scientifiquement éprouvée, celle du Cadre du milieu de travail positif (CMTP).4

Impacts observés et anticipés

Une situation en observation dans les écoles communautaires entrepreneuriales du secteur éducatif francophone du Nouveau-Brunswick montre des résultats prometteurs associés à l’approche du CMTP.  En effet, c1es résultats préliminaire font voir une corrélation positive entre l’indice de bonheur à l’école élevé et les résultats scolaires aux examens du ministère. D’autres résultats qualitatifs font percevoir que la satisfaction des employés les engage davantage envers les besoins de leurs élèves et la mission de l’école, et qu’une amélioration du climat scolaire conduit à moins d’absentéisme, de roulement du personnel, et autres.

Indice de Bonheur à l’école

Investir auprès des écoles pour faire croître leur Indice de Bonheur à l’école (IBÉ) ne paraît plus être un faux besoin issu d’un idéaliste rêveur. Cela n’est pas non plus une lubie du psychologisme. De fait, « bien-être » et « engagement » sont interreliés dans nos écoles. Le premier est fondamental pour espérer maximiser le second et inversement. Leur synergie est, à n’en plus douter, favorable à la « réussite » : à l’école, dans la vie et de sa vie et celle de l’émancipation de la personne (dynamiques professionnelle et personnelle). Une relation inter dynamique dont l’équilibre a pour effet de contribuer au bien-être de toutes et tous incluant, celui des équipes de travail. Et c’est ce bien-être qui est directement associé à la notion même de « Bonheur à l’école » ou de « Bonheur au travail » se trouvant au cœur de notre mission en éducation.

Vivre plus heureux à l’école

Les raisons de s’intéresser au concept de « Bonheur à l’école » sont par ailleurs très diversifiées. Pensons, par exemple, à ce qui réfère aux relations multidimensionnelles : a) entre les élèves; b) entre les élèves et les enseignants; c) entre les enseignants. Dans des écoles de type communautaire, il importe même de considérer la dynamique relationnelle entre le personnel de l’école, les parents, les partenaires de la communauté (village, quartier, ville) et les élèves. S’ajoutent à cela d’autres motivations, dont l’intérêt [le besoin] de faire évoluer le degré d’humanisation de l’école pour qu’elle éduque davantage, plus globalement, et qu’elle conduise ainsi à un plus grand succès scolaire. Des raisons, selon beaucoup d’intervenants en éducation, qui interagissent avec l’apprentissage. 

Conclusion

Réussir le projet de l’École de notre temps ne gagnerait-il pas à user de tous les moyens pour voir émerger et se généraliser des lieux de travail et d’éducation plus harmonieux, les libérant de stress inutiles et des lourdeurs psychologiques qu’ils engendrent? Ces contraintes n’ont-elles pas suffisamment démontré qu’elles mènent à des souffrances, à de l’insuccès et à d’innombrables gaspillages humains, organisationnels et financiers? Il y a énormément à faire dans nos établissements d’enseignement. Toutes les énergies d’une école et de sa communauté partenaire doivent être requises pour réussir des projets éducatifs porteurs d’idéaux et d’urgences pour lesquelles il faut éduquer et former (p. ex. santé globale, bien-être, environnement et autres), et tous parfaitement en adéquation aux besoins des jeunes et des communautés d’aujourd’hui. Le Bonheur à l’école ne serait-il pas l’idée d’apprendre à vivre ensemble? L’engagement, la réussite et l’émancipation en dépendent.

 

Des remerciements chaleureux à Annie Martel, directrice adjointe par intérim, École secondaire Pierre-de-Lestage, CS des Samares et à Patrick Pierard, directeur de l’Organisation internationale des écoles communautaires entrepreneuriales conscientes (OIECEC).

 

Illustrations : Adobe Stock

Première publication dans Éducation Canada, décembre 2019


1 Bonheur à l’école (2019). En ligne : www.bonheuralecole.org

2 Magazine Savoir (juin 2016). Quelques définitions sur la réussite scolaire et la réussite éducative. Fédération des commissions scolaires du Québec. En ligne : http://www.magazine-savoir.ca/2016/07/06/quelques-definitions-reussite-scolaire-reussite-educative/

3 Vira, M. (2016). Dimension affective de la relation enseignant-élève avec les adolescents : revue des études longitudinales et perspective de l’attachement. Érudit 20, Revue de psychoéducation, 45(2), 405-430.

4 Laurie, R. (2019). Prospérer et s’épanouir avec le Cadre du milieu de travail positif (CMTP)

Apprenez-en plus sur

Rino Lévesques - Headshot

Rino Lévesque

Fondateur et leader, Idée éducation entrepreneuriale

Rino Lévesque est créateur de l’École communautaire entrepreneuriale consciente, de l’Approche pédagogique et éducative et en entrepreneuriat consci...

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Rejoignez notre réseau