|
Bien-être, Opinion

On ne peut plus laisser les enseignants soutenir seuls les enfants vulnérable

Darren Googoo est depuis dix-neuf ans directeur de l’éducation à la réserve de Membertou, une collectivité autochtone micmaque de la Nouvelle-Écosse. M. Googoo est également le nouveau président du Réseau ÉdCan (ACE), le président du Conseil sur l’éducation Micmaque et le président de la commission scolaire Victoria Regional de Cap Breton. Il est passionné par la création et l’application d’idées qui font avancer l’éducation micmaque.

Chaque année scolaire, plusieurs élèves canadiens, autochtones ou non autochtones, s’enlèvent la vie. Les enseignants et le personnel des commissions scolaires se demandent souvent ce qu’ils pourraient faire mieux ou différemment pour aider leurs élèves et leur personnel aux prises avec des problèmes de santé mentale, alors que les peuples autochtones parlent plutôt de bien-être, sans employer de termes négatifs. Un aîné m’avait dit qu’« il n’existe pas de mots dans notre langue pour désigner un trouble de santé mentale – il n’y a que des concepts pour décrire le bien-être et l’équilibre ». Tout réside dans la préparation à ce que la vie met sur votre chemin et cela n’est ni bon ni mauvais en soi. Cette phrase décrit bien le symposium intitulé : Bien-être des éducateurs : un mot clé de la réussite des élèves qu’organise actuellement notre réseau : la notion à l’effet que les éducateurs doivent être préparés mentalement, physiquement, spirituellement et émotionnellement pour affronter le stress de l’enseignement et de la vie en général, et que leur esprit, leur corps, leurs pensées publiques et privées, autrement dit la façon dont ils pensent, agissent, ressentent et interagissent, sont en équilibre.

Personne n’est parfaitement équilibré en tout temps, et les éducateurs ne font pas exception à la règle. Dans notre monde moderne, les salles de classe ne se ferment pas au son de la cloche à 15 h. Les éducateurs d’aujourd’hui ressentent la pression constante d’être à la disposition de leurs élèves en tout temps. Cependant, ils ont droit eux aussi à du temps et à de l’espace personnels, à un congé de l’école le soir et la fin de semaine.

Les éducateurs ont également besoin de stratégies d’aiguillage vers des psychiatres et d’autres professionnels de la santé au sein de leur collectivité lorsque les besoins de leurs élèves les submergent. Les commissions scolaires et les ministères de l’Éducation ont un rôle à jouer dans la mise sur pied de ces structures d’aide, tant pour les élèves que pour les enseignants. Lorsque nous sommes en mesure d’aider des enfants en crise à retrouver leur bien-être, nous fournissons aux éducateurs une zone sûre dans laquelle ils peuvent trouver leur propre chemin vers le bien-être et poursuivre une longue carrière. Sinon, nous allons continuer de perdre par épuisement professionnel nos éducateurs les plus bienveillants et dévoués.

Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez la page du symposium du Réseau ÉdCan intitulé Bien-être des éducateurs : un mot clé de la réussite des élèves

Première publication dans Éducation Canada, septembre 2017

Portrait de l’expert

Darren Googoo

EdCan Network Chair - Director of Education Membertou Mi'kmaq First Nation

Darren Googoo has been the Director of Education for Membertou, a Mi’kmaw First Nation community for 19 years. Darren is also the incoming Chair of the CEA/EdCan Network, Chair of the Council on Mi'kmaw Education, and Chair of the Cape Breton Victoria Regional School Board.

Découvrir