|
Bien-être

Comment appuyer le mieux possible le bien-être mental des élèves?

L’anxiété et la dépression figurent parmi les troubles de santé mentale les plus courants chez les jeunes d’aujourd’hui. Les experts s’entendent pour dire que la gestion quotidienne du stress et l’activité physique peuvent atténuer ces troubles, y compris pour les élèves aux prises avec l’autisme, le trouble déficit de l’attention/hyperactivité, les troubles alimentaires et psychotiques et la schizophrénie. L’alliance des capacités d’adaptation et de l’exercice physique peut s’avérer une bonne solution de rechange à l’utilisation exclusive des antidépresseurs et d’autres médicaments, et devrait s’inscrire au menu des services de santé mentale offerts aux élèves dans les établissements scolaires.

Le maintien d’une santé mentale positive peut prévenir l’apparition de l’anxiété et de la dépression Bien que l’anxiété et la dépression ne soient pas attribuables à une seule et unique cause, les éducateurs peuvent insister sur la promotion des facteurs de santé mentale positive des jeunes ci-après, dont nous savons qu’ils renforceront les capacités d’adaptation des élèves amenés à composer avec des situations stressantes :

  • Une bonne estime de soi;
  • Un style de vie comprenant de l’activité physique, des habitudes alimentaires saines et un sommeil de qualité;
  • Des relations familiales harmonieuses;
  • Des milieux scolaires favorables et propices à l’apprentissage;
  • Des relations élèves-enseignant positives.

Le développement d’un sentiment d’auto-efficacité contribue au maintien d’une santé mentale positive

Le plus important des éléments assurant aux élèves une bonne santé mentale est le sentiment de pouvoir accomplir des objectifs et des tâches difficiles. Ce sentiment d’auto-efficacité va de pair avec l’auto-contrôle, c’est-à-dire la capacité de faire face aux situations stressantes et de s’en remettre en prenant les mesures suivantes :

  1. Reconnaître les sentiments indésirables, qu’ils soient de nature physique, mentale ou émotionnelle;
  2. Déterminer la cause profonde du stress;
  3. Déterminer les changements pouvant être apportés pour prévenir ou réduire les facteurs de stress;
  4. Proposer des stratégies pour composer avec le problème ou la situation stressante, ou s’y adapter;
  5. Surveiller les améliorations de la situation.

Lorsqu’un jeune apprend à « recadrer » ses pensées pour voir les choses sous un angle plus positif, ses actes et ses émotions s’en ressentent positivement. Quant aux élèves aux prises avec des troubles de santé mentale plus graves, leur enseigner des techniques pour renforcer leur sentiment d’accomplissement et leur capacité de faire face aux situations stressantes est une démarche plus complète qu’un traitement à base de médicaments seulement. En fournissant dans les écoles un appui mieux équilibré en matière de santé et de bien-être mental, l’on aidera les élèves au-delà de l’adolescence et bien après l’arrivée à l’âge adulte.

AUTRES RESSOURCES INFORMATIVES 

teenmentalhealth.org
Stan Kutcher
http://teenmentalhealth.org

Premiers soins en santé mentale CANADA
http://www.mentalhealthcommission.ca/Francais

Portail santé mieux-être du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
http://sante.gouv.qc.ca/dossiers/dossier-sante-mentale

Ressources en santé mentale de la Fondation des maladies mentales     http://www.fondationdesmaladiesmentales.org/soutien-et-ressources-en-sante-mental.html

Penser, sentir, agir : Leçons tirées de la recherche sur la petite enfance
Autorégulation. Ministère De L’Éducation De L’Ontario
http://www.edu.gov.on.ca/gardedenfants/selfRegulate.html

Self-Regulation: Calm, Alert and Learning (for Education Canada)
http://www.cea-ace.ca/education-canada/article/self-regulation-calm-alert-and-learning

Calme, alerte et heureux – un article rédigé par Stuart Shanker
http://www.edu.gov.on.ca/gardedenfants/ShankerFr.pdf

The Five Domains of Self-Reg with Stuart Shanker
Shanker, Stuart
https://self-reg.ca

Les jeunes – Association canadienne pour la santé mentale
http://www.cmha.ca/fr/sante-mentale/votre-sante-mentale/les-jeunes

RÉFÉRENCES

Abela, J. R. Z. et Hankin, B. L. (2008). Depression in children and adolescents: Causes, treatment, and prevention. Dans J. R. Z. Abela, B. L. Hankin (Éds.), Handbook of depression in children and adolescents (pp. 3-5). New York, NY: Guildford Press.

Alloy, L. B. et Abramson, L. Y. (2007). The adolescent surge in depression and emergence of gender differences: A biocognitive vulnerability-stress model in developmental context. Dans D. Romer, E. F. Walker (Éds.), Adolescent psychopathology and the developing brain: Integrating brain and prevention science (pp. 284-312). Oxford: Oxford University Press.

Barlow, D. H., Sauer-Zavala, S., Carl, J. R., Bullis, J. R. et Ellard, K. K. (2014). The nature, diagnosis, and  treatment of neuroticism: back  to the future. Clinical Psychological Sciences, 2, 344-365.

Blanchet, L., Laurendeau, M. C., Paul D. et Saucier, J. F. (1993). La prévention et la promotion en santé mentale : Préparer l’avenir. Boucherville : Gaëtan Morin.

Barrett, P. M., Farrell, L. J., Ollendick, T. H. et Dadds, M. (2006). Long-term outcomes of an Australian universal prevention trial of anxiety and depression symptoms in children and youth: An evaluation of the Friends program. Journal of Clinical Child and Adolescent Psychology, 35(3), 403-411.

Barrett, P. M. et Ollendick, T. H. (Eds.) (2004). Handbook of interventions that work with children and adolescents: Prevention and treatment. Chichester, West Sussex, England : John Wiley.

Barrett, P. et Turner, C. (2001). Prevention of anxiety symptoms in primary school children: Preliminary results from a universal school-based trial. British Journal of Clinical Psychology, 40, 399-410.

Barret, P. M. et Turner, C. M. (2004). Prevention of childhood anxiety and depression. Dans P. M. Barrett, T. H. Ollendick (Éds.). Handbook of interventions that work with children and adolescents: Prevention and treatment (pp. 429-474). Chichester, West Sussex, England: John Wiley.

Chambless, D. L. et Ollendick. T. H. (2001). Empirically supported psychological intervention : Controversies and evidence. Annual Review of Psychology, 52, 685-716.

Krueger, R. F. et DeYong, C. G. (2016). The RDoC initiative and the structure of psychopathology. Psychophysiology, 53(3), 351-354.

Krueger, R. F. et Eaton, N. R. (2015). Transdiagnostic factors of mental disorders. World Psychiatry, 14, 27-29.

Kutcher, S. et Wei, Y. (2012). Mental health and the school environment: secondary schools, promotions and pathways to care. Current Opinion in Psychiatry, 25(4), 311-316.

Leclerc, C., Lesage, A. et Ricard, N. (1997). Pertinence du paradigme stress-coping pour l’élaboration d’un modèle de la gestion du stress des personnes atteintes de schizophrénie. Santé mentale au Québec, 22 (2), 68-91.

Lecomte, T. et Leclerc, C. (2006). Manuel de réadaptation psychiatrique. Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec.

Ministère de la Santé et des Services Sociaux (2005). Plan d’action en santé mentale 2005-2010. La force des liens. Santé et Services Sociaux, Québec.

Shanker, S. G. (2012). Calm, Alert and Learning: Classroom strategies for self-regulation.  Toronto: Pearson.

Vitaro, F. (2000). Évaluation des programmes de prévention : Principes et procédures. Dans F. Vitaro et C. Gagnon (Éds). Prévention des problèmes d’adaptation chez les enfants et les adolescents. Tome 1 : Les problèmes internalisés. Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec.

Portrait de l’expert

Jonathan Bluteau

Jonathan Bluteau

Jonathan Bluteau est psychoéducateur et professeur au Département d'éducation et de formation spécialisées de la Faculté des Sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux portent sur la conception et l'évaluation de programmes d'intervention auprès des jeunes en difficulté d'adaptation. Il s’intéresse notamment à l'influence du stress sur la santé mentale et les troubles d'adaptation. 

Découvrir