|
Communauté scolaire, Diversité, Équité, Programmes

Le choix de l’éducation publique

Tirer son épingle du jeu au travers des différents projets scolaires

Depuis une vingtaine d’années, on remarque au Québec une augmentation et une diversification de l’offre de services offerte dans le réseau d’éducation. Projets particuliers, écoles alternatives, concentrations : le choix est vaste pour les parents à qui revient ultimement le décision du milieu scolaire.

Devant une telle diversité, il peut devenir difficile de tirer son épingle du jeu comme lieu d’enseignement. Par la force des choses, le réseau public se voit mis en compétition avec le réseau privé. C’est d’ailleurs l’un des principaux obstacles, avec la baisse démographique, auquel se bute le secteur public pour attirer les élèves entre ses murs.

Mais le réseau public d’éducation doit-il envier le réseau privé dans son offre de services? Absolument pas! Considérant que plus de 400 écoles publiques de niveau primaire et secondaire offrent des programmes à vocation particulière (langues, sports, arts, éducation internationale), on peut même affirmer que le réseau public représente une option plus qu’intéressante dans une offre de services bonifiée pour les jeunes et leurs parents.

Soumis généralement à une approbation en vertu de la loi actuelle sur l’instruction publique, l’enrichissement d’un ou de plusieurs aspects du programme de formation de base représente le moyen par excellence pour répondre aux besoins des milieux ou offrir un service adapté, selon les intérêts de l’élève. Cette réalité permet non seulement de donner une couleur particulière à l’école, mais elle favorise aussi la formation d’une génération d’élèves allumés, intéressés et valorisés. Selon un avis du Conseil supérieur de l’éducation paru en 2007, la formation générale se voit ainsi enrichie et la reconnaissance de divers champs d’intérêt constitue une valeur ajoutée pour les élèves. La motivation, la persévérance et la réussite scolaire s’en voient automatiquement améliorées.

Une offre à valoriser

À ces aspects positifs se dressent toutefois des problématiques bien identifiées. Tout d’abord, la sélection des candidats représente un important facteur accentuant les inégalités entre les élèves dans leur accès aux programmes particuliers. Sauf dans des cas incontournables, la sélection des enfants ne devrait pas se faire sur une base académique, mais bien sur un principe d’intérêt envers une discipline en particulier. Cela permettrait au réseau public de tirer son épingle du jeu, en plus d’avoir un effet important sur la persévérance et la réussite scolaire.

Cette absence de sélection permettrait également le retour d’une hétérogénéité des élèves dans les classes. En effet, la sélection sur la base académique entraîne des classes très homogènes, en plus de limiter les élèves dans l’accès aux profils offerts. Un rapport du Comité d’experts sur le financement, l’administration, la gestion et la gouvernance des commissions scolaires, publié en 2014, en arrive à cette même conclusion, évoquant que « favoriser l’hétérogénéité des classes et des établissements apparaît donc comme un moyen peu coûteux d’améliorer l’efficience d’un système scolaire, alors que la pratique du placement sélectif des élèves dans des classes ou des écoles différentes sur la base de leurs résultats scolaires, résultats qui sont intimement liés à leur origine sociale, entraîne des coûts supplémentaires dus à la concentration d’élèves à risque dans les mêmes groupes ».

La sélection sur la base académique entraîne des classes très homogènes, en plus de limiter les élèves dans l’accès aux profils offerts.

L’information disponible sur ces programmes pose aussi problème. Pour favoriser l’attrait envers le système public d’éducation, il serait pertinent de constituer un répertoire complet de tous les projets pédagogiques particuliers offerts par les établissements d’enseignement. Cette vue d’ensemble deviendrait un outil très efficace dans la promotion d’une telle offre de services par le réseau.

Enfin, il appert aussi essentiel que les intervenants, à l’école, puissent bénéficier de tout l’accompagnement et le support nécessaires pour offrir ces programmes particuliers, quel que soit le milieu. Formation, support pédagogique et professionnel, ressources matérielles et financières : tous ces éléments font partie d’une solution gagnante pour tous.

Élèves avec des besoins particuliers

Dans le contexte d’une offre abondante de profils, il importe de se questionner sur la place des élèves avec des besoins particuliers. En abolissant le critère de sélection académique, ces élèves ne seraient plus discriminés dans leur accès à ces projets pédagogiques. Leur intégration se ferait sur la base de l’intérêt et non de la performance.

Si leur intégration apparaît essentielle à la diversité au sein de ces programmes, il importe cependant de bien identifier les ressources nécessaires et les besoins spécifiques afin que ces projets éducatifs particuliers puissent être à leur portée. Les établissements peuvent en effet se retrouver avec une mince marge de manœuvre pour répondre aux besoins des élèves handicapés ou en difficulté. La prise en compte de ces particularités est primordiale afin de s’assurer que ce type de formations rencontre ses objectifs.

Les difficultés d’intégration pour cette clientèle sont perceptibles, tant dans le réseau privé que dans le réseau public. La sélectivité, l’importance des résultats scolaires et la difficulté de transférer les ressources sont des obstacles majeurs à l’intégration de ces élèves. Considérant que la mission de l’école exige qu’elle développe le plein potentiel de tous les élèves, il faut assurément que l’offre de services le traduise clairement. Le système public ne doit pas prendre en compte uniquement les élèves qui répondent à des standards élevés de performance. Cette clientèle est tout aussi pertinente pour les programmes particuliers que ces derniers le sont pour eux.

En résumé, dans un contexte où l’école publique doit tirer son épingle du jeu face au privé et où les établissements d’enseignement offrent de plus en plus d’options répondant aux intérêts des élèves, il semble essentiel que cette offre bonifiée de services s’adresse à tous les élèves, quels que soient leurs besoins et leurs aptitudes. En offrant des milieux stimulants et accessibles; en planifiant bien cette offre et en proposant une gamme de services diversifiés et adaptés, les établissements d’enseignement publics réussiront à se démarquer et à redonner le lustre qui revient au système que la société québécoise a choisi de se doter.

 

Recap: In her article, Corinne Payne, the president of the Federation of Parents’ Committees of Quebec, addresses the causes and effects of choosing one type of school over another. Parents and students are faced with a wide range of educational opportunities to consider. Why promote the public education system rather than private school, alternative school or special purpose school, for example? More broadly, the author seeks to understand why education is so controversial and why the different school systems proposed in Quebec generate so much debate on their operation, their relevance and their performance.

 


 

Photo : iStock

Première publication dans Éducation Canada, juin 2016

Apprenez-en plus sur

corinne payne

Corinne Payne

Présidente, Fédération des comités de parents de Québec (FCPQ)

Corinne Payne est présidente de la Fédération des comités de parents du Québec. Par son implication, elle désire contribuer à l’amélioration du système public d’éducation au Québec, en s’assurant que les décisions qui y sont prises le soient toujours dans le meilleur intérêt des enfants.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau