|
Engagement, Enseignement, Pratiques prometteuses

Sentiment d’efficacité personnelle

Rehausser ce sentiment chez les conseillers pédagogiques

Conseiller pédagogique : un boulot qui n’est pas de tout repos!

Les conseillers pédagogiques (CP) ont entre autres pour mandat d’accompagner la direction et les enseignants des conseils et commissions scolaires dans le développement des programmes d’enseignement et d’organisation des cours, d’assurer le perfectionnement du personnel enseignant, d’élaborer des outils didactiques et pédagogiques, et de veiller à l’application des nouvelles directives énoncées par les instances ministérielles. Cette liste impressionnante s’accompagne d’un répertoire tout aussi important de défis. Outre leur horaire de travail souvent surchargé, la diversité et la complexité de leurs tâches de même que les attentes élevées de la part du milieu de travail, les CP doivent surmonter plusieurs difficultés associées à leur manque de connaissances et de préparation à l’exercice de leurs fonctions[1]. En effet, si la majorité des CP sont issus des rangs du personnel enseignant et possèdent une excellente connaissance de la réalité de l’enseignement, de ses programmes cadres et de ses principales méthodes pédagogiques, rares sont ceux qui détiennent, lors de leur embauche, les compétences nécessaires en matière d’accompagnement, de médiation et de formation des adultes[2] [3]. C’est pourtant ce rôle de conseiller et de formateur auprès des enseignants et des administrateurs scolaires qui constitue la tâche principale des CP[4]. Devant l’absence de formation spécifique destinée aux CP et la quasi inexistence des dispositifs d’encadrement qui leur sont proposés lors des débuts dans leurs fonctions, il est pertinent de se demander comment ils arrivent, malgré tout, à répondre avec efficacité aux exigences élevées de la profession. 

Le sentiment d’efficacité personnelle

Selon le concept d’efficacité personnelle développé par le psychologue d’origine canadienne Albert Bandura, la compétence réelle d’un individu ne serait pas le seul facteur déterminant son niveau de performance lors de la réalisation d’une tâche[5]. En effet, il semble que le sentiment d’efficacité personnelle (SEP), c’est-à-dire l’ensemble des croyances que possède l’individu à propos de ses compétences à réaliser avec succès une tâche particulière, joue également un rôle central dans la réussite des différentes activités qu’il entreprend. Puisqu’il lui permet de mobiliser les ressources adéquates et de se fixer des objectifs réalistes et appropriés, le SEP est ainsi fortement associé à l’efficience du rendement de la personne[6].

Selon Bandura, quatre sources sont à l’origine du SEP :

1. Les expériences antérieures : « Les succès que j’ai vécus lors de l’accomplissement d’une tâche particulière dans le passé me convainquent que je possède les aptitudes nécessaires pour réaliser efficacement cette activité ».

2. La persuasion verbale : « Les commentaires d’autrui à propos de ma capacité à réussir lors d’une situation nouvelle influencent mes croyances face à mes propres capacités ».

3. Les expériences vicariantes : « En me comparant à des pairs qui se trouvent dans une situation identique à la mienne, je juge ma performance personnelle en fonction de celle des autres et détermine si je possède les compétences et ressources nécessaires pour réussir ».

4. Les états physiologiques : « Les émotions que je ressens – stress, excitation, palpitations, etc.lors d’une situation spécifique influencent les représentations que je me fais de ma capacité à réussir ».

Qu’en est-il alors du SEP des conseillers pédagogiques? Se sentent-ils efficaces en tant que formateurs d’adultes, en dépit du manque d’encadrement et de soutien qui leur est offert à ce sujet au début et durant l’exercice de leurs fonctions? Une recherche auprès de onze CP œuvrant dans un conseil scolaire de l’Ontario s’est intéressée à cette question et a permis d’identifier les sources de ce sentiment ainsi que les stratégies qu’ils mettent de l’avant afin de développer et de maintenir leur SEP en tant que formateurs d’adultes.

L’efficacité des conseillers pédagogiques dans leur rôle de formateurs d’adultes

L’étude s’intéressait, en premier lieu, à la représentation que se font les CP de leur efficacité en tant que formateurs d’adultes. Les participants ont donc été invités à évaluer le niveau de SEP ressenti à partir d’une adaptation du questionnaire de Schwarzer et Jerusalem[7]. Il est intéressant de constater que plus de la moitié des CP que nous avons rencontrés ont obtenu un résultat plutôt élevé au questionnaire alors qu’une minorité ont considéré leur SEP comme étant plutôt faible. Même s’ils ont admis avoir reçu peu de formation en matière d’enseignement aux adultes, ces CP ont appris leur métier « sur le tas » et, au fil des années, ont développé un certain niveau de compétence dans ce domaine.

D’où provient ce sentiment d’efficacité?

Selon les témoignages des CP participant à cette étude, il semble que les expériences antérieures et la persuasion verbale aient joué un rôle particulièrement significatif dans le développement de leur SEP ainsi que, dans une moindre mesure, les expériences vicariantes. Aucun d’entre eux n’a toutefois mentionné les états physiologiques comme étant un facteur ayant influencé leur SEP. 

Les expériences antérieures

Les expériences professionnelles vécues par les CP jouent assurément un rôle prédominant dans le développement du SEP de ces derniers. D’ailleurs, le nombre d’années passées dans la profession est, pour plusieurs d’entre eux, étroitement lié à leur SEP actuel en tant que formateurs d’adultes. Les propos d’Hugo illustrent de façon éloquente l’importance de ce lien lorsqu’il affirme que le développement de son SEP est directement proportionnel au temps [qu’il] passe dans la « job ». En effet, ne possédant que très peu de connaissances dans le domaine de l’accompagnement et de la formation des adultes lors de leur entrée dans la profession, les CP se voient bien souvent contraints de ne réaliser ces apprentissages qu’une fois sur le terrain, dans l’exercice de leurs fonctions. L’expérience accumulée au fil des ans et les quelques formations reçues constituent alors pour eux des éléments importants sur lesquels s’est appuyée la construction de leur sentiment d’efficacité personnelle. En effet, la connaissance approfondie des dossiers dont ils sont responsables de même que les compétences qu’ils ont acquises avec les années, particulièrement en ce qui a trait au volet de la formation des adultes, ont été relevées comme étant parmi les éléments les plus déterminants de l’efficacité personnelle ressentie. Comme le mentionne Béatrice, une participante possédant plusieurs années d’expérience en tant que CP, le fait d’avoir fait le tour du jardin deux fois et d’avoir été confrontée à maintes reprises à des situations difficiles lui a permis de développer une certaine assurance et son sentiment d’efficacité.

La persuasion verbale

La majorité des participants ont affirmé que les rétroactions positives qu’ils reçoivent de la part de leur supérieur hiérarchique, des collègues CP ainsi que des enseignants auprès de qui ils travaillent contribuaient à hausser leur sentiment d’efficacité. Jade, lorsqu’elle a été questionnée à propos de l’influence sur son SEP des commentaires d’évaluation reçus à la suite des formations qu’elle prodigue aux enseignants, a affirmé : Oui, ça a un impact. Positif, je dirais. Oui et elles m’aident [les évaluations positives] à me dire : «Vas-y, fais-toi confiance!». Ne se contentant pas seulement des rétroactions verbales, plusieurs des CP ont avoué accorder une attention particulière au langage non verbal des enseignants ou à l’ambiance qui règne lors d’une formation afin de juger de leur propre efficacité. Il est cependant intéressant de noter que même les rétroactions jugées plutôt négatives permettent de développer leur SEP. En effet, parce qu’ils favorisent la régulation de leurs pratiques et le développement de leurs compétences, les critiques qui leur sont adressées contribuent, à plus long terme, à l’augmentation de l’efficacité ressentie.

Les expériences vicariantes

L’élaboration et la présentation des formations destinées aux enseignants sont des tâches pour lesquelles les CP travaillent parfois en étroite collaboration. Dès lors, quelques participants ont mentionné recourir à l’observation des comportements, des pratiques et des attitudes de collègues CP jugés compétents afin de se développer au plan professionnel et d’intégrer les façons de faire leur permettant de se sentir à leur tour plus efficaces dans leur propre pratique. Pour Justine, notamment, les expériences vicariantes contribuent de façon importante à l’actualisation de son SEP : J’observe beaucoup. J’observe des gens que je juge efficaces. Je tente de les copier. Moi, j’ai des modèles ici qui sont extraordinaires et ils m’apprennent beaucoup.

Les stratégies des conseillers pédagogiques pour développer leur sentiment d’efficacité

Les entretiens de recherche ont en outre permis de mettre en lumière plusieurs stratégies permettant aux conseillers pédagogiques rencontrés de développer et de maintenir leur SEP. Nous les avons regroupés ici en trois catégories.

Établir des relations de travail harmonieuses, un gage d’efficacité!

Puisque le sentiment d’efficacité ressenti par les CP est intimement lié à l’impression d’être utiles et d’avoir répondu de façon adéquate aux demandes des enseignants avec qui ils travaillent, l’établissement de relations personnelles et professionnelles harmonieuses avec ces derniers constitue un facteur déterminant dans le développement et le maintien de leur SEP. Pour plusieurs participants, être à l’écoute des besoins des enseignants s’avère une stratégie essentielle dans le développement de ces bonnes relations et conséquemment, dans le maintien de leur SEP. Pour Sophie, par exemple, l’élaboration des formations est une excellente occasion d’accorder une attention particulière aux besoins exprimés par les enseignants : Quand je produis mes formations, je pense vraiment à ce dont les personnes à l’autre bout ont besoin. Je me mets vraiment dans leur peau Alors, savoir jauger où ils [les enseignants] sont rendus et savoir ce qu’ils veulent, je pense que c’est une de mes forces, ce qui fait que je réponds aux besoins; donc, je me sens efficace. Faire preuve d’empathie, de respect, d’humour et d’humilité face aux enseignants que l’on accompagne est également une stratégie favorisant un climat de travail harmonieux nécessaire au développement de leur SEP.

Se développer professionnellement et entretenir de saines habitudes de gestion du travail

Puisque l’horaire chargé et la lourdeur des tâches sont parmi les principaux défis rencontrés par les CP, la qualité de leur rendement passe d’abord et avant tout par le recours à de bonnes pratiques de gestion du travail; pour eux, efficacité va de pair avec organisation et planification. En effet, dans le but d’augmenter le niveau d’efficacité ressenti, les CP qui ont participé à notre étude déploient toute une gamme de stratégies de gestion : disposer d’un agenda détaillé, avoir un emploi du temps bien planifié, rédiger des listes de tâches ou déterminer les actions à prioriser. Pour Zoé, c’est la planification méticuleuse de ses formations qui lui permet de rehausser son SEP : Si je ne me sens pas préparée, écoute, je le sais que je vais vivreJ’ai besoin d’un plan A et d’un plan B pour être bien.

Comme les CP sont en général considérés comme des experts dans un champ disciplinaire, plusieurs des participants accordent une importance non négligeable au développement continu de leurs compétences professionnelles afin de se sentir efficaces. Ainsi, la participation à des activités de formation et les lectures effectuées en rapport avec leur domaine d’expertise constituent des stratégies très prisées par les participants.

Il serait souhaitable que des dispositifs favorisant le travail d’équipe ou le jumelage des CP soient mis en place.

Adopter des attitudes spécifiques, c’est aussi ça, l’efficacité…

Le développement et le maintien du SEP dépendent également de l’adoption de postures personnelles et d’attitudes spécifiques. Par exemple, faire preuve d’assurance face aux multiples défis rencontrés dans la profession de même que savoir reconnaître son potentiel et la valeur de sa contribution professionnelle consistent, selon Lisa et Zoé, en d’importants atouts pour augmenter le sentiment d’efficacité. Entretenir un discours positif, être confiant et demeurer optimiste face aux situations un peu plus difficiles sont également, selon les participants, d’excellents moyens pour prévenir les sentiments d’inadéquation et la peur de ne pas être à la hauteur.

Pour Hugo et certains de ses collègues, maintenir un équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle a un impact capital sur le SEP : Je cherche un équilibre dans ma vie. Je me dis si je suis bien dans ma vie personnelle, ça va avoir une incidence sur ma vie professionnelle. Jade souligne qu’adopter un régime de vie sain au quotidien s’est avéré essentiel afin de maintenir son efficacité. Une bonne alimentation, des techniques de gestion de stress efficaces, une quantité suffisante de sommeil et des temps de loisir de qualité se révèlent être des stratégies à considérer pour augmenter l’efficacité au travail des CP qui ont contribué à cette étude.

Quelques recommandations pour accroître le sentiment d’efficacité personnelle des conseillers pédagogiques

Bien qu’en général, les CP rencontrés aient affirmé se sentir plutôt efficaces au sein de leur rôle de formateurs d’adultes, les résultats obtenus permettent de constater que ces derniers accordent une valeur considérable à l’établissement de rapports harmonieux avec les enseignants qu’ils accompagnent et qu’ils déploient de nombreux efforts en ce sens. Qui plus est, les niveaux de SEP des participants semblent étroitement liés au nombre d’années passées dans la profession. Conséquemment, puisque les jeunes CP sont de plus en plus nombreux[8], il appert qu’une attention particulière devra être portée à leur insertion professionnelle et que les dispositifs de soutien mis à leur disposition, presqu’inexistants à l’heure actuelle, méritent d’être grandement développés. Par conséquent, des dispositifs de formation en matière d’accompagnement et de formation aux adultes offerts aux CP débutants, auraient très certainement une influence positive sur le SEP de ceux-ci et conséquemment, sur la qualité des services reçus par les enseignants. Le mentorat, qui consiste en une stratégie s’étant avérée particulièrement efficace pour le développement des compétences professionnelles, l’intégration sociale et la rétention du personnel enseignant[9] serait notamment une formule intéressante à développer auprès des CP novices.

Selon Bandura, les expériences vicariantes constituent la deuxième source de SEP en importance après les expériences antérieures. Or, puisque les CP ont rarement l’occasion d’œuvrer en collaboration avec leurs collègues CP et qu’ils sont plus souvent qu’autrement voués à un travail solitaire[10] , ils ne peuvent bénéficier pleinement des avantages qu’offre l’observation de «formateurs modèles». À la lumière de ce constat, il serait souhaitable que des dispositifs favorisant le travail d’équipe ou le jumelage des CP soient mis en place. À ce sujet, le mentorat peut s’avérer encore une fois pertinent : en offrant aux débutants une occasion de modeler les comportements, les pratiques et les attitudes de collègues plus expérimentés, il permet aux novices de se construire au plan professionnel et d’intégrer des façons de faire leur permettant de se sentir à leur tour plus efficaces dans leur propre pratique. En ce qui concerne les CP plus expérimentés, mais pour qui les défis demeurent néanmoins bien présents, les forums de discussion en ligne ou les occasions de partage sous forme de tables rondes permettraient, sans aucun doute, de diminuer certaines angoisses liées à l’exercice de la profession, de réfléchir et d’éclaircir des situations jugées problématiques et ainsi de rehausser les niveaux d’efficacité ressentis.

Première publication dans Éducation Canada, septembre 2013

 

RECAP – Educational councillors play a crucial role in the professional development of Canadian teachers. While they carry this major responsibility, educational councillors receive little training to improve their own professional skills. This article describes the various sources and strategies used by 11 educational councillors in Ontario to develop and maintain their own effectiveness in professional development. The personal sense of efficacy (PSE), meaning the set of beliefs held by individuals about their ability to successfully complete a task, plays a key role in the accomplishment of pedagogical activities. Since educational councillors are considered experts in a particular discipline, their sense of efficacy depends on the constant development of their own professional skills.


[1] Biémar, S. (2012). Accompagner un groupe d’enseignants dans une école : une grille de compétences. Dans É. Charlier et S. Biémar, Accompagner un agir professionnel. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

[2] Gagnon, B. (2010). Le conseiller pédagogique, un partenaire pour vivre les changements en éducation au Québec. Vie Pédagogique, 153. Récupéré le 29 janvier 2011 du site de la revue: http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/viepedagogique/153/index.asp?page=dossierA_1

[3] Lessard, C. (2008). Entre savoirs d’expérience des enseignants, autorité ministérielle et recherche : les conseillers pédagogiques. Dans P. Perrenoud, M. Altet, C. Lessard et L. Paquay (dir.), Conflits de savoirs en formation des enseignants (p. 169-181). Bruxelles, Belgique : De Boeck.

[4] Houle, H. et Pratte, M. (2007). La fonction de conseiller pédagogique au collégial. Sherbrooke et Québec : PERFORMA et Cégep de Sainte-Foy.

[5] Bandura, A. (1997). Self-Efficacy: The Exercice of Control. New York, NY: W.H. Freeman and Co.

[6] Lecompte, J. (2004). Les applications du sentiment d’efficacité personnelle. Savoirs. Hors série.

[7] Schwarzer, R. et Jerusalem, M. (1995). Generalized Self-Efficacy scale. Dans J. Weinman, S. Wright et M. Johnston (Dir.), Measures in health psychology: A user’s portfolio. Causal and control beliefs (pp. 35-37). Windsor, UK: NFER-NELSON.

[8] St-Pierre, L., (2005), Les conseillères et les conseillers pédagogiques du collégial. Origine et évolution de la fonction, rapport de recherche documentaire, Sherbrooke : Éditions de l’Université de Sherbrooke. Récupéré le 3 février 2011 : http://www.educ.usherbrooke.ca/quickplace/performap/main.nsf/$defaultview/46EC230FF87892F1852575210072624F/$File/La_fonction%20de%20CP_20janv05_final.pdf?OpenElement

[9] Strong, M. (2005). Mentoring new teachers to increase retention: A look at the research. Rapport de recherche #05-01. Santa Cruz, CA: New Teacher Center, UC Santa Cruz.

[10] Houle, H. et Pratte, M. (2007).

Portrait de l’expert

Nathalie Gagnon

Nathalie Gagnon est doctorante et professeure à temps partiel à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Ses intérêts de recherche concernent les pratiques de formation en milieu de travail ainsi que l’insertion professionnelle du nouveau personnel enseignant.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Pour en savoir davantage Découvrez notre réseau