|
Engagement, Enseignement, Politique

Programme de soutien à la formation continue du personnel scolaire

Une approche collaborative profitable

En juillet 2008, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport innovait en annonçant la création de sept chantiers qui feraient partie de travaux soutenus par le MELS. Parmi ceux-ci, le septième chantier, auquel une somme de 2,5 millions de dollars par année est consacrée, vise l’élaboration conjointe de projets de formation continue, entre les milieux universitaire et scolaire, à l’intention du personnel scolaire. L’objectif premier de ce Programme est de soutenir les universités dans la conception, le déploiement et l’évaluation de projets de formation réalisés en partenariat avec le milieu scolaire. Le Programme de soutien prévoit privilégier des projets réalisés dans les domaines ayant un lien avec les plans d’action et les orientations du MELS.

Les projets proposés peuvent prendre différentes formes : recherche-action, recherche-formation ou recherche collaborative. Cependant, ils doivent tous être axés sur le développement d’activités de formation continue pour soutenir le personnel scolaire.

Le Programme cible 7 objectifs bien précis :

1. Appuyer le milieu universitaire dans le développement de la formation continue du personnel scolaire;

2. Favoriser des projets de partenariat entre les universités et le milieu scolaire qui visent la formation continue du personnel scolaire;

3. Développer la formation continue en adéquation avec les priorités et les orientations du MELS;

4. Permettre le transfert de connaissances entre la recherche et la pratique professionnelle en éducation;

5. Susciter l’émergence d’approches innovantes en matière de formation continue du personnel scolaire;

6. Améliorer ou modifier les pratiques professionnelles du personnel scolaire;

7. Faire émerger des modèles transférables, des conditions reproductibles dans d’autres lieux et des dispositifs qui pourront durer dans le temps.

Des formations fondées sur le partenariat

Il importe de mentionner que le partenariat découlant des projets réalisés est au cœur du Programme. En effet, tel qu’il est précisé dans le Guide pour l’appel de projets1, « Le partenariat doit s’instaurer dès la conception des projets et se poursuivre à chacune des étapes prévues : lettre d’intention, rédaction du projet, mise en œuvre du projet, évaluation de la formation et de la réalisation du projet et, le cas échéant, demande de renouvellement ».

La création d’un partenariat solide contribue au développement d’une complicité et d’une meilleure compréhension des réalités propres aux milieux scolaire et universitaire. Mentionnons que, depuis 2009, 138 projets bénéficient de financement dans le cadre du Programme. À la lecture des bilans des projets réalisés, on observe que tant les écoles que les universités en retirent des effets positifs. En effet, alors que les établissements d’enseignement scolaire profitent de formations répondant spécifiquement à leurs besoins et s’approprient les données de la recherche en éducation, les universités prennent connaissance des réalités du milieu de pratique et de l’expertise qui s’y développe. Différentes clientèles peuvent être visées par le Programme. Un projet peut en effet être destiné au personnel de direction d’établissement ou encore à des enseignants ou des conseillers pédagogiques, par exemple. Divers domaines de formation sont aussi abordés dans les projets, comme celui des langues, de la mathématique, des sciences, du développement personnel ou de l’univers social. À noter également que les projets portent autant sur l’éducation préscolaire, l’enseignement primaire ou secondaire, que ce soit en formation générale ou en formation professionnelle. De plus, les projets sont en cours dans toutes les régions du Québec.

Des formations structurantes

Notons que les projets qui sont financés dans le cadre du Programme doivent avoir un effet structurant sur les milieux scolaire et universitaire. Ils doivent viser à faire émerger des modèles transférables, des conditions reproductibles dans d’autres lieux et des dispositifs durables, et mener à des formations universitaires bien centrées sur les besoins des écoles. D’ailleurs, les projets doivent obligatoirement prévoir un dispositif d’évaluation de la formation offerte. Mentionnons qu’une évaluation du Programme de soutien à la formation continue du personnel scolaire a été réalisée par le Centre de recherche et d’expertise en évaluation (CREXE)2 au cours de l’année 2013-2014. Selon les données recueillies, depuis la création du Programme, les activités de formation ont touché au moins 338 établissements scolaires et le nombre de personnes formées s’élève à au moins 2 514. Il s’agit de résultats intéressants, considérant que le Programme est relativement jeune. Dans cet ordre d’idées, il convient de signaler que les retombées concrètes sont encore partielles, étant donné que seulement le quart des projets sont terminés et que la majorité sont donc encore en cours de réalisation. Toutefois, le rapport d’évaluation indique que le taux de satisfaction de la clientèle visée par les projets financés est élevé.

Un outil efficace pour partager les connaissances

Pour favoriser la diffusion des connaissances dans le secteur de la formation continue des enseignants, une mise à jour du moteur de recherche sur le Chantier 7, disponible sur le site Web du Ministère, sera effectuée prochainement. Les partenaires de l’éducation pourront ainsi avoir accès à un outil leur permettant de connaître les progrès constants de la recherche en matière de formation continue des enseignants, les domaines explorés et les milieux universitaires et scolaires impliqués. Les milieux scolaires intéressés pourront, quant à eux, découvrir une variété de projets, contribuant ainsi à leur diffusion.

Depuis la création du Programme, les activités de formation ont touché au moins 338 établissements scolaires et le nombre de personnes formées s’élève à au moins 2 514.

Conclusion

Le rapport d’évaluation du Programme de soutien à la formation continue du personnel scolaire a mis en évidence son utilité et son efficacité, notamment quant à ses effets positifs importants sur l’enseignement. Nourris de l’expertise des chercheurs universitaires, les milieux scolaires se sentent mieux outillés pour résoudre les problèmes, trouver de nouvelles façons de faire ou connaître les avancées des recherches en éducation. Grâce à cette approche collaborative dans l’action, l’enseignant n’est plus seul. Soutenu par un chercheur universitaire qui se rapproche du lieu de l’action, il échange et construit avec lui. Il peut porter un regard critique sur les gestes qu’il pose, apprendre et développer ses compétences, réfléchir sur la portée de ses actes et de ses décisions, en faisant au besoin les réajustements nécessaires, sans se sentir jugé. Bref, une formation sur le terrain qui l’aide à relever de nouveaux défis. Quelle belle synergie, profitable pour tous, tant le monde universitaire que le milieu scolaire! Et il est indubitable que le plus grand bénéficiaire de cette nouvelle dynamique est sans contredit l’élève.

RECAP – In 2008, the Quebec Ministry of Education, Recreation and Sports launched Chantier 7, a project to support the professional development programs offered to school staff by universities. With a $2.5 million annual budget, this project supports universities in the design, implementation and evaluation of training projects conducted in partnership with schools. Supported by action research and collaborative research, these training projects must all focus on developing continuing education activities for school staff. Since its founding, this innovative initiative has involved 338 schools in training activities for 2,514 individuals – an excellent example of collaboration and synergy between Quebec schools and universities!

Illustration: Dave Donald

Première publication dans Éducation Canada, novembre 2014


1 Guide pour l’appel de projets du Chantier 7 www.mels.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/reseau/formation_titularisation/PSFCPS_guide_F.pdf

2 Rapport final du Centre de recherche et d’expertise en évaluation (CREXE) réalisé en avril 2014 de l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il sera accessible au cours de la prochaine année.

Apprenez-en plus sur

Mélissa Després

Mélissa Després est adjointe à la Direction de la formation et de la titularisation du personnel scolaire du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS).

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

LOGIN Rejoignez notre réseau