Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation

|
Communauté scolaire, Diversité, Équité

Une initiative nécessaire pour contrer les préjugés

La Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation

En 2004, à la suite de son 37e Congrès, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) convoquait plusieurs acteurs des réseaux de l’éducation afin de faire le point sur le dossier de l’homophobie. Moins de deux ans plus tard, deux tables nationales de lutte contre l’homophobie étaient mises sur pied, une pour le réseau scolaire et une pour le réseau collégial.

Au fil des années, constatant que les enjeux concernant les jeunes LGBTQ+ étaient très semblables peu importe l’ordre d’enseignement, l’idée de fusionner les deux tables en une seule et même entité fait son chemin.

C’est ainsi qu’est née, en 2014, la Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation.

La Table nationale regroupe maintenant plus d’une trentaine d’organismes et d’acteurs issus des milieux de l’éducation : ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, organisations syndicales représentant le personnel enseignant, professionnel et de soutien, organisations patronales, associations de directions et de cadres, comités de parents et associations étudiantes des réseaux collégial et universitaire. On compte aussi le ministère de la Justice du Québec au sein de la Table.

Une mission axée sur la concertation et la compréhension

La Table nationale s’est donné pour mission de favoriser la concertation entre les différents partenaires des réseaux de l’éducation. Elle voit à favoriser une meilleure compréhension des réalités des jeunes et des personnes issues de la diversité sexuelle (personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, etc.), de la pluralité des genres (personnes trans et non binaires) et de l’intersexuation (personnes intersexes1 et de la bispiritualité2). Elle tend à promouvoir des valeurs de respect, d’inclusion et d’acceptation.

De plus, elle fait la promotion de comportements contribuant à prévenir et à contrer les phénomènes d’intimidation, de violence, d’hétérosexisme3, de cissexisme4, de cyberintimidation, d’homophobie et de transphobie vécus par les jeunes et par le personnel en milieux scolaire, collégial et universitaire.

Des objectifs orientés vers l’action

La Table nationale cible plusieurs objectifs, dont celui de sensibiliser l’ensemble des personnes du milieu de l’éducation à la présence et à l’accueil de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de l’intersexuation, afin de lutter contre l’homophobie et la transphobie, puis contre leurs effets négatifs sur les jeunes et sur les membres du personnel.

Pour ce faire, elle invite tous les acteurs des milieux de l’éducation à poser des actions concrètes, notamment en incluant les réalités de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de l’intersexuation ainsi que la problématique de l’homophobie et de la transphobie dans les préoccupations éducatives, tout au long du cheminement scolaire, collégial et universitaire des jeunes et des étudiants.

Elle agit aussi à titre consultatif auprès des autorités compétentes de différents ministères5 et du Bureau de lutte contre l’homophobie, par exemple.

Finalement, la Table veut faire connaitre les ressources disponibles en lien avec les différentes réalités vécues par les personnes de la diversité sexuelle, de la pluralité des genres et de l’intersexuation, notamment les recherches, les outils de promotion des bonnes pratiques, de prévention et d’intervention, les guides pédagogiques, les organismes communautaires d’aide aux personnes issues de ces différentes communautés, etc.

Des moyens d’action diversifiés

La Table a identifié divers moyens d’action afin de remplir sa mission. Elle invite les établissements d’enseignement des commissions scolaires, les établissements d’enseignement privés, les cégeps et les universités à tout mettre en œuvre pour créer et maintenir un environnement sûr et sécuritaire pour tous dans le but de lutter contre les préjugés, l’intimidation, la violence, l’homophobie et la transphobie.

Afin d’appuyer les établissements, elle leur fournit du matériel (affiches, dépliants, autocollants, etc.) pour l’organisation d’activités de sensibilisation sur les réalités des personnes issues des communautés LGBTQ+.

Elle souhaite aussi amener les établissements scolaires, collégiaux et universitaires à organiser des activités pour souligner la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, qui se tient le 17 mai de chaque année.

Elle invite également les organismes membres de la Table nationale à planifier des formations qui sont offertes par diverses organisations comme l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la Coalition des familles LGBT ou Enfants transgenres Canada.

La Table collabore enfin à des projets de recherche en permettant aux chercheurs de consulter le personnel et les jeunes des établissements d’enseignement de tous les ordres. À titre d’exemple, elle est partenaire du projet de recherche partenariale Savoirs sur l’inclusion et l’exclusion des personnes LGBTQ (SAVIE-LGBTQ) de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

La Table6 a organisé quatre colloques depuis sa création et elle produit de nombreux documents tels que des guides pour outiller le personnel. Le guide Mesures d’ouverture et de soutien envers les jeunes trans et les jeunes non binaires, destiné aux établissements d’enseignement, en est un bon exemple. D’ailleurs, un tout nouveau guide de soutien et d’inclusion des personnes trans et des personnes non binaires en milieu de travail, destiné aux employeurs et aux syndicats, sera disponible sous peu.

L’existence même de la Table et les actions entreprises par celle-ci sont la preuve indéniable que la concertation et le travail d’équipe constituent la clé du succès en matière de lutte à l’homophobie et la transphobie.

 

Illustration : Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation

Première publication dans Éducation Canada, juin 2019


1 Les personnes intersexes ont une somme de caractéristiques liées au sexe (chromosomiques, gonadiques, hormonales ou génitales), et ce, souvent dès la naissance, qui ne correspondent pas aux définitions médicales binaires des corps masculins ou féminins. Ces personnes sont pathologisées par la médecine et sont souvent soumises dès le plus jeune âge à des interventions non consenties, irréversibles et non cruciales au maintien de leur santé, visant à conformer leur corps aux modèles féminin ou masculin typiques. On les appelait autrefois hermaphrodites. Ce terme est maintenant souvent considéré comme péjoratif par les personnes concernées.

2 Terme englobant les identités gaies, lesbiennes, bisexuelles, trans et non binaires. Le terme a été adopté par les autochtones lors d’un rassemblement au début des années 1990.

3 Hétérosexisme : présomption que chaque personne est hétérosexuelle. L’hétérosexisme contribue à occulter les orientations sexuelles différentes de l’hétérosexualité et à affirmer qu’elle est la seule orientation qui soit valable.

4 Cissexisme : présomption que chaque personne est cisgenre. Le cissexisme contribue à occulter les autres identités de genre et à affirmer la seule binarité des genres comme étant valable.

5 Ministère de la Justice (2009). Politique québécoise de lutte contre l’homophobie. Gouvernement du Québec. Repéré le 10 avril 2019 à www.justice.gouv.qc.ca/fileadmin/user_upload/contenu/documents/Fr__francais_/centredoc/publications/ministere/politiques/homophobie.pdf. Ministère de la Famille (2015). Ensemble contre l’intimidation, une responsabilité partagée. Gouvernement du Québec. Repéré à mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/documents/plan-action-intimidation-2015.pdf.

6 Pour en savoir davantage sur la Table nationale, nous vous invitons à parcourir son site Web.

Apprenez-en plus sur

Isabelle-Line Hurtubise

Conseillère, Centrale des syndicats du Québec

Isabelle-Line Hurtubise est conseillère au Service de l’action professionnelle et sociale de la CSQ et coordonnatrice de la Table nationale de lutte contr...

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau