|
Apprentissage autochtone, Chemins, Engagement, Évaluation

Briser la glace pour initier les Inuits au marché du travail

Le 26 février 2014, un blizzard s’abat sur la région de Baker Lake entraînant des températures extrêmes de -70 degrés Celsius avec le facteur éolien. Tandis que les chiens trouvent refuge du mieux qu’ils peuvent près des habitations sur pilotis surplombant le village, les habitants demeurent à l’intérieur et attendent que la tempête passe en s’efforçant de limiter leur consommation d’eau. Tout est blanc et le peu d’activités que possède le village est interrompu.

Pour une bonne partie de l’année, la température hostile constitue un défi à la vie quotidienne pour les résidents de cette communauté située dans la région de Kivalliq au Nunavut dans le Grand Nord canadien où l’hiver est présent près de 8 mois par année. La collectivité de Baker Lake est la seule agglomération inuite à être située à l’intérieur des terres et non pas sur la côte à environ 40 kilomètres du centre géographique du Canada. Connue sous le nom de « Qamani’tuaq » signifiant « là où la rivière s’élargit » en inuktitut, elle constitue un site de résidence traditionnel pour onze branches de la famille inuite.

« Selon le recensement de 2011 de Statistiques Canada, la population est maintenant de 1 872 habitants, ce qui représente une croissance démographique de 8,3 % par rapport au recensement de 2006. »[1] Près de 32 % de la population est âgée de moins de 15 ans et l’âge médian est de 22,8 ans. Il y a deux écoles à Baker Lake : une école primaire et une école secondaire. Malgré la présence de ces institutions, seulement 10,3 % de la population possède un diplôme d’études secondaires. Le reste de la province ne fait guère mieux avec un faible 10,9 %[2]. Assurément, la réussite des élèves inuits constitue un enjeu complexe et important pour le présent et l’avenir de cette communauté sur lequel il mérite de se pencher. Plusieurs facteurs socioculturels influencent la réussite des élèves de Baker Lake et des actions sont déployées sur le terrain pour encourager et motiver les jeunes à persévérer afin d’obtenir leur diplôme et obtenir de bons emplois sur le marché du travail.

Des initiatives novatrices pour mieux intégrer nos jeunes au marché du travail

La compagnie aurifère « Les Mines Agnico Eagle » compte plus de 1 000 employés travaillant sur le site de Meadowbank.  Environ 35 % de ceux-ci sont des Inuits et une grande majorité habite le village de Baker Lake situé à 70 kilomètres du site minier. Or, cette relative proximité avec la communauté  permet d’interagir ponctuellement avec les jeunes et d’avoir un impact positif sur eux.

L’année dernière, la minière a pris part à une initiative novatrice qui a vu le jour pour la première fois au printemps 2013 sous la forme  d’activités d’introduction à divers métiers. Parmi eux, se retrouve un grand nombre de métiers en demande dans les communautés inuites ainsi que dans plusieurs industries tels que plombier, électricien, technicien en environnement, coiffeur, cuisinier, menuisier, mécanicien, soudeur et couturier. 

Cette initiative s’est concrétisée suite à une entente entre le Ministère de l’Éducation du Nunavut et la minière. Pour mieux s’engager auprès de sa communauté, cette entreprise minière s’est impliquée dans la planification de l’évènement, comme commanditaire principal, en plus de mobiliser cinq de ses employés à titre de formateurs.  Cette semaine d’activités (Task Week) s’adresse aux élèves de 12e année de l’école secondaire « Jonah Amitnaaq » qui se démarquent en classe par leurs efforts et leur présence. Cette semaine d’activités unique est un privilège pour les quelque 140 élèves qui y participent en choisissant un métier pour lequel ils démontrent de l’intérêt. Cet évènement constitue une belle opportunité de s’initier à un métier avec un formateur qui encadre et supervise des activités théoriques et pratiques. Cela leur permet de valider si leur intérêt pour le domaine choisi est véritable et pourrait éventuellement les mener à vouloir en faire carrière. Le but des activités éducatives et de formation se tenant pendant la semaine, est de permettre aux jeunes d’acquérir une première expérience professionnelle reflétant la réalité du marché du travail où la santé et la sécurité sont des valeurs fondamentales et omniprésentes. Dès le premier contact avec les élèves, les formateurs implantent et appliquent, avec l’aide d’une carte de travail, la formule de supervision incarnant une vision de la santé et de la sécurité au travail qui a fait ses preuves dans le domaine minier et ailleurs.

À l’intérieur de chaque groupe, nous retrouvons entre 10 et 15 élèves, le formateur, de même que le professeur qui évalue la participation, l’attitude et l’implication des jeunes. C’est une activité qui a une réelle valeur éducative et qui mènera chaque élève à l’obtention d’un crédit académique ainsi qu’à un certificat de participation à la fin de la semaine.  Pour ces jeunes, s’initier à un métier est déjà un bel accomplissement en soi et le fait de vivre une cérémonie de remise des diplômes à la toute fin les imprègne d’un sentiment de fierté. C’est une bonne source de motivation académique non seulement pour eux, mais aussi pour les plus jeunes qui désirent avoir cette chance un jour. Nul doute qu’il s’agit d’un grand pas vers leur intégration au marché du travail.

La première édition a été couronnée de succès et grandement appréciée par les élèves. Elle  reprendra de  plus belle au printemps 2014.  Quelle belle opportunité de favoriser le développement des jeunes et de les intégrer au marché du travail! Chaque activité à caractère académique a le potentiel d’influencer positivement les jeunes dans leur vie et leur réussite, c’est ce qui motive la minière à s’impliquer dans la communauté et les écoles. Le succès des opérations de cette minière au Nunavut ne serait pas possible sans ses employés Inuits avec lesquels elle continuera de travailler dans une optique de développement durable.

Autre apport de la minière : la santé par le sport

Étant coordonnateur de la santé et du mieux-être depuis quatre ans pour une minière canadienne en opération à proximité de Baker Lake au Nunavut, je crois que la santé et les activités physiques sont primordiales pour assurer la réussite scolaire de ces jeunes Inuits. En plus d’avoir un impact sur leur santé, il est prouvé que l’activité physique régulière peut influencer les résultats scolaires de façon positive. En effet, plusieurs chercheurs ont observé une relation entre la pratique d’une activité physique et les bons résultats scolaires. La pratique d’activités physiques constitue un déterminant facilitant l’apprentissage[3], la concentration[4], la réussite[5] et l’intégration scolaire[6]. Quoique sporadiques, ces activités de concert avec les organisations sportives de Baker Lake ont le potentiel d’influencer la réussite des jeunes et de leur inculquer de bonnes habitudes de vie. Spécialisé en kinésiologie, j’ai organisé à plusieurs reprises des activités sportives dans la communauté de Baker Lake. D’ailleurs, la première édition de la « Journée nationale du sport au Canada et des camps de jours de sports » a permis à ces jeunes d’adopter et de maintenir un mode de vie actif. Une autre belle fenêtre d’opportunités pour faire réussir nos jeunes Inuits de Baker Lake!

Photo : Mélissa Bradley, stagiaire au département de formation de la compagnie Agnico Eagle Mines Limited

Première publication dans Éducation Canada, juin 2014


RECAP – At Baker Lake, Nunavut, 32 percent of the population is under 15 years old. There is a primary school and a secondary school. Only 10.3 percent of the population has a high school diploma. The success of Inuit students is a major issue for this community. Several programs are deployed on the ground to encourage and motivate young people to persevere, get a degree, and ultimately get a good job in the labour market. It is in this context that the gold company, Agnico Eagle Mines, partners with the school to provide activities for 140 youth so they can be introduced to the trade of their choice. They are accompanied by a trainer who supervises the theoretical and practical activities. This mining company also promotes good health by organizing sports activities for these youth, which is also having a real impact on their success.


[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Qamani%E2%80%99tuaq

[2] www.city-data.com/canada/Baker-Lake-Village.html

[3] Kino-Québec, 1998.

[4] Laberge et coll., 2007.

[5] Tremblay, 2006.

[6] DeGranpré et Paquet, 2006.

Portrait de l’expert

Frédérick Choinière

Frédérick Choinière est détenteur d’une maîtrise en kinésiologie et coordonnateur de la santé et du mieux-être pour une minière canadienne en opération à proximité de Baker Lake au Nunavut, depuis quatre ans.

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

Mon compte Découvrez notre réseau