|
Bien dans mon travail, Bien-être, Enseignement, Pratiques prometteuses, Recherche

Comment parents et enseignants peuvent-ils soutenir les élèves du primaire pendant qu’ils apprennent à la maison à l’ère de la COVID-19?

Téléchargez la fiche gratuitement! (455.97 kB / pdf)

Accrochez-la dans votre salle des profs.

Télécharger

Partout au Canada, les écoles ont dû s’adapter à la pandémie mondiale et les élèves ont dû poursuivre leur instruction à distance. On demande aux enseignants de diriger l’apprentissage virtuellement dans le foyer familial et aux parents de soutenir leurs enfants d’une manière qui ne leur est pas familière et qui souvent les accable. Sans nier l’importance de l’école sur les résultats d’apprentissage d’un enfant, la recherche a démontré que la participation positive de la famille peut avoir une influence considérable sur la réussite des élèves et les circonstances actuelles sans précédent appellent les écoles et les familles à collaborer étroitement de façon à favoriser leur apprentissage. Voici quelques questions que les enseignants et les familles peuvent se poser lors de l’élaboration et de la mise en œuvre d’activités d’apprentissage à domicile, ainsi que des conseils favorisant la participation des élèves :

Questions à se poser :

1. L’activité peut-elle être facilement réalisée dans un milieu familial et le programme d’études est-il utilisé de manière flexible qui correspond aux activités ou intérêts actuels de la famille?

Conseils :

Développer des activités en ligne est difficile. N’essayez pas de recréer la salle de classe à la table familiale. La solution ne réside pas dans le simple fait d’avoir des feuilles de travail et des diapositives Powerpoint.

Trouvez dans les activités quotidiennes, comme la cuisine, les jeux de société, la lecture, etc., des activités propices à l’apprentissage.

Il est important de garder les lignes de communication ouvertes entre enseignants et parents afin de déterminer les besoins des élèves et de leur famille (niveau d’expertise, intérêts, accès aux ressources, culture, langue).

2. L’accent est-il mis sur  l’alphabétisation et les mathématiques?

Conseils :

L’alphabétisation et les mathématiques sont des compétences fondamentales nécessaires à la vie quotidienne. Apprendre à lire, à écrire et à compter s’acquièrent progressivement au fil du temps.

Trouvez tous les moyens possibles pour inciter les enfants à pratiquer le calcul mental. Par exemple, jouez au jeu de cartes go fish, mais en posant un problème d’arithmétique (au lieu de demander une carte de valeur 10, demander une carte dont la valeur est égale à 8 + 2).

3. Les activités demandées prennent-elles une grande partie de la journée?

Conseils :

Privilégiez la qualité et non la quantité. Il ne faut pas sous-estimer l’apprentissage qui s’acquiert par l’échange verbal. Certains parents sont en télétravail et n’ont gagné, au mieux, que le temps de trajet.

Les ministères de l’Éducation recommandent cinq heures de travail scolaire par semaine, pas plus. Cela signifie seulement 1 heure par jour (p. ex., 20 minutes de lecture, 10 minutes d’exercices de mathématiques et 30 minutes d’enseignement dirigé par l’enseignant).


Les familles qui ne font pas les activités demandées par les enseignants sont généralement celles pour lesquelles il est difficile de faire l’école à la maison. Pour garantir un partenariat efficace entre l’école et la maison, les enseignants et les familles doivent y trouver leur compte et ne pas se sentir dépassés par les tâches à accomplir. Pour cela, il faut intégrer les programmes d’études aux activités familiales quotidiennes d’une manière qui tienne compte des intérêts et besoins particuliers des familles. Offrir des expériences d’apprentissage axées sur les activités familiales pendant le confinement favorise l’apprentissage des élèves, et surtout, leur bien-être.

 

Faire la cuisine, mais différemment : Les élèves peuvent se faire aider pour confectionner les plats ou gâteries préférés de leur famille, mais l’enseignant peut exiger que ce soit l’élève qui lise les recettes. Cela peut permettre de cibler des objectifs du programme de français ou d’arithmétique tout en capitalisant sur les activités familiales.

Faire un travail de recherche, mais différemment : Les élèves peuvent demander à un membre ou à un ami de la famille de lui parler de son expérience sur un sujet particulier (p. ex., tremblement de terre, région géographique, événement  historique, jardinage) en s’inspirant de sa profession, de sa maison, de ses voyages ou de fêtes culturelles. Les élèves peuvent faire un compte rendu ce qu’ils ont appris de cette entrevue dans une vidéo ou un rapport écrit.

Défis d’équipe en famille : les membres de la famille peuvent être mis au défi de fabriquer un dispositif de sécurité susceptible de protéger un œuf lors d’une chute ou de construire une structure stable, une tour ou un fort, par exemple. L’élève peut noter ses réflexions au sujet des inventions ou structures des membres de sa famille et, à l’aide d’une vidéo, signaler les stratégies les mieux réussies (en utilisant la terminologie demandée par l’enseignant).

Jouer aux cartes, mais différemment : L’enseignant peut demander aux élèves de jouer en famille à des jeux de cartes comme « Go Fish » en ne demandant pas une carte directement, mais en posant un problème d’arithmétique (par exemple, au lieu de demander une carte de valeur 10, demander une carte dont la valeur est égale à 8 + 2).

Arithmétique en famille : Les membres de la famille (incluant ceux de niveau secondaire) peuvent échanger des stratégies de résolution de problèmes de calcul mental quelques jours par semaine pendant 10 minutes ou moins.

Lecture ou écriture en famille : L’élève lit une page et un membre de la famille lit la suivante. Les membres de la famille peuvent montrer ce qu’ils ont retenu de leur lecture en créant une bande dessinée répondant à la question : « Que se passerait-il dans le livre suivant ou dans les pages suivantes? ». Ils plient une feuille de papier en quatre (pour faire des cadres de bande dessinée). L’élève et les membres de sa famille remplissent ces cadres à tour de rôle. Par exemple, l’élève fait le premier dessin et un membre de sa famille reprend son idée pour faire le dessin suivant, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les cadres soient remplis.

EN ANGLAIS SEULEMENT

Bray, A., & Tangney, B. (2017). Technology usage in mathematics education research–A systematic review of recent trends. Computers & Education, 114, 255-273.

Campbell, M., & Boyland, J. (2018). Why students need more ‘math talk’. The Conversation. https://theconversation.com/why-students-need-more-math-talk-104034

Cook-Sather, A., Bovill, C., & Felten, P. (2014). Engaging students as partners in learning and teaching: A guide for faculty. San Francisco: Jossey-Bass.

Civil, M., & Bernier, E. (2006). Exploring images of parental participation in mathematics education: Challenges and possibilities. Mathematical Thinking and Learning, 8(3), 309-330.

Fenstermacher, G. (1986). Philosophy of research on teaching: Three aspects. In M.C. Whittrock (Ed.), Handbook of Research on Teaching (3rd ed.) (pp. 37-49). New York, NY: Macmillan.

Fenstermacher, G. (1994, revised 1997). On the distinction between being a student and being a learner. Paper presented at the annual meeting of the American Educational Research Association, New Orleans, LA.

González, N., Moll, L., Amanti, C. (Eds.). (2005). Funds of knowledge: Theorizing practices in households, communities, and classrooms. Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum.

Healey, M., Flint, A., & Harrington, K. (2014). Engagement through partnership: Students as partners in learning and teaching in higher education. York: HE Academy.

Kehler, A., Verwoord, R., & Smith, H. (2017). We are the Process: Reflections on the Underestimation of Power in Students as Partners in Practice. International Journal for Students as Partners, 1(1).

Kraft, M. A., & Monti-Nussbaum, M. (2017). Can schools enable parents to prevent summer learning loss? A text-messaging field experiment to promote literacy skills. The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 674(1), 85-112.

Koralek, D., & Collins, R. (2020). How most children learn to read. Reading Rockets. https://www.readingrockets.org/article/how-most-children-learn-read

National Association for the Education of Young Children. (2020). Learning to read and write: What research reveals. Reading Rockets. https://www.readingrockets.org/article/learning-read-and-write-what-research-reveals

Olsen, J. R. (2015). Five keys for teaching mental math. Mathematics Teacher, 108(7), 543-548.

Rapke, T., & De Simone, C. (2020). 4 things about maths success that might surprise parents. The Conversation.
https://theconversation.com/4-things-weve-learned-about-math-success-that-might-surprise-parents-135114

Rapke, T., & Norquay, N. (2018). MATH JAMS: Students analysing, comparing, and
building on one another’s work. OAME Gazette, 56, 25-30.

Silinskas, G., & Kikas, E. (2019). Math homework: Parental help and children’s academic outcomes. Contemporary Educational Psychology, 59, 101784.

MERCI À NOS GÉNÉREUX PARTENAIRES : 
          

* Dans ce document, le masculin est employé comme genre neutre.

Apprenez-en plus sur

Tina Rapke, Ph. D.

Associate Professor, York Université

Tina Rapke is an Associate Professor in the Faculty of Education who teaches mathematics education courses to current and prospective teachers.

Découvrir

John Ippolito, Ph. D.

Associate Professor, York Université

John Ippolito is an Associate Professor in the Faculty of Education who develops programs in public elementary schools, based in the Greater Toronto Area, that foster dialogue between families and schools and within families themselves.

Découvrir