|
Apprentissage autochtone, Engagement

Apprendre ensemble en apprenant à écouter l’autre

Sans aucun doute, il est impératif de discuter de vérité et de réconciliation dans toutes les salles de classe de chaque collectivité et établissement d’enseignement au Canada. Ma façon traditionnelle mi’kmaq de concevoir le monde m’amène à croire fermement que ces discussions doivent commencer par des échanges d’expériences, ceux-ci étant le fondement de toute relation. Je crois aussi passionnément que ces échanges doivent être continus et prendre place dans un parcours reconnu de coapprentissage dans lequel nous, les peuples autochtones et les nouveaux arrivants dans nos terres autochtones, cherchons à apprendre ensemble, à apprendre les uns des autres et à tirer profit des forces, en fait, du meilleur, de nos façons de savoir, de faire et d’être.

J’ai mis de l’avant, il y a de nombreuses années, le principe d’Etuaptmumk, ou « Voir avec deux yeux », comme principe de coapprentissage. Ce principe nous aide à comprendre que le fait d’être disposé à tenir compte d’au moins deux points de vue est beaucoup plus susceptible de produire un résultat satisfaisant, quelle que soit la situation. Comme tel, Etuaptmumk/« Voir avec deux yeux » peut être compris comme le don de perspectives multiples, cher au peuple Mi’kmaq et probablement à la plupart des peuples autochtones. Notre monde actuel offre de nombreux domaines où ce principe, ce don, est extrêmement pertinent, notamment ceux de l’éducation, de la santé et de l’environnement. J’ai souvent décrit ce principe comme suit :

« Je, vous et nous avons besoin d’apprendre à voir d’un œil, avec ce qu’il y a de meilleur dans les savoirs et les modes de connaissance autochtones… et d’apprendre à voir de l’autre œil, avec ce qu’il y a de meilleur dans les savoirs et modes de connaissance conventionnels (occidentaux ou eurocentriques)… mais surtout, je, vous et nous devons apprendre à voir avec ces deux yeux ensemble, pour le bien commun. »

D’après mon expérience, nombreux sont les gens partout au Canada qui souhaitent réunir les modes de connaissance des peuples autochtones et ceux des nouveaux arrivants. Des approches et des noms différents sont employés pour désigner cet exercice, et Etuaptmumk/« Voir avec deux yeux », n’en est qu’un parmi bien d’autres. Cela dit, cet exercice n’en est pas plus facile pour autant. J’insiste toujours pourtant sur le fait que le processus de coapprentissage est essentiel si l’on veut développer et entretenir une compréhension et des capacités collectives et collaboratives. Sinon, cet exercice peut trop facilement glisser vers une approche paresseuse, purement formelle, où Etuaptmumk/« Voir avec deux yeux » et d’autres efforts similaires deviennent rapidement un jargon banalisé, romancé, récupéré ou utilisé comme « mécanisme » dont les connaissances sont simplement assemblées, et d’où le coapprentissage Etuaptmumk/« Voir avec deux yeux » est absent. C’est pourquoi nous avons besoin d’un coapprentissage continu dans nos salles de classe. Mais nous devons aussi agir selon la reconnaissance qu’il existe de nombreux milieux d’apprentissage informels dans l’ensemble de nos collectivités et de la société… et que le coapprentissage doit se faire dans ces milieux aussi bien que dans le cadre scolaire. Je crois par conséquent que ce besoin éducationnel est vaste et profond.

J’ai bien hâte de lire ce numéro spécial de la revue Éducation Canada. Nous devons raconter nos expériences et apprendre à écouter des récits autres que les nôtres… nos savoirs résident dans nos expériences.

Apoqnmatultl’k Jiksktuali’lk

L’pa ma’ pun tluow ta’n tettuji nuta’q sku’tminenow Ketlewo’qn aq Apiksiktuaqn msit wutaniminal aq msit ta’n te’sikl kina’matnuo’kuo’ml ta’n telki’k u’t Kanata. Ta’n ni’n tel nestm koqoey, amujpa tela’sik wlu wsitqamu’kminu. Amujpa etlewistu’ti’k aq wesku’tmu’k ta’n wejitaik mita ta’n tujiw etlewistu’ti’kw melkiknowatu’k ta’n teli-mawqatmu’ti’k u’t wsitaqmu. Paqsipki-tlamsitm ta’n tettuji nuta’q u’t tla’siktn ke’sk pemitaikl msit wutawtiminal. Nutaik toqi- kina’masultinew mawi kwilmu’kl ikjijitaqnminal aq kinu’tmasultinew ta’n koqoey maw-kelu’kl e’tasiw ala’tu’kl, muskajewe’l. Mu ajkine’nuk ta’n tettuji pilui-kina’masulti’k, ta’n tel-lukuti’k aq ta’n telo’lti’k – mawikwaik amujpa nike’ – l’nu’k aq ak’lasie’wk.

Sa’qiji’jk na nike’wesku’tm aq kekkina’muey ta’n ni’n telo’tm wela’sik tel-kina’masultimk kiskuk. Telui’tmap “Etuaptmumk.” Akklasie’wiktuk telui’tasik – “Two-Eyed Seeing.” Etuaptmin na koqoey, toqa’tu’nl ikjijitaqnn. Mnaqij akkaptmin u’t tel kina’masimk, nmitisk aq wetuo’tisk me’aji wl’a’sik toqa’tumk ikjijitaqnn l’nue’l aq aklasie’we’l. Na nekmowey wjit Etuaptmumk teliksua’tasik kutey iknmakumkl ta’n tujiw tel-kina’masimk l’nuimk. Nestmu’k, mita sa’q ki’s tel’ukuti’k aq kesite’tmu’k.

Kiskuk u’t eymu’ti’k u’t wsitqamu pukwelkl etekl koqoe’l ta’n kisi we’wmu’k Etuaptmumk. Kisi we’wmu’k wjit kinamasuti, t’an teli-tajiko’lti’k, aq ta’n te’li klo’tmu’k u’t wsitqamu. Kaqisk teluey amujpa ewe’wmin newte’jk pukik meknimin ta’n mawi-knaql lnueye’l ikjijitaqnn ta’n nenminn aq ta’n mawi-wla’sital wjit ki’l, ni’n, aq kinuk, tujiw kekknu’tmasin ewe’wmin piluey pukik ta’n te’sik nenmin ikjijitaqn akla’siewey koqoey kelu’k ta’n tel-nmitu’tij. Tujiw weswa’tu’nl ikjijitaqnn aq toqwa’tu’nl – Etuaptmumk msit kowey, mawa’tu’nl aq aji wlaptikemk kwilimimk mawi-kelu’k wjit msit wen. Ta’n ni’n telaptm koqoey aq ta’n tel nenm, pukwelk wen ewe’wk Etuaptmumk msit Kanata aq se’k u’t wsitqamu. Pukwelk wen wetnu’kwalsit kisi toqa’tun l’nuey aq akklasie’wey klaman wla’sitow aq klu’ktitow. Jel ap pilu’wi’tmi’tij ta’n tujiw wejitu’tij, katu newte’jk na pasik ni’n telo’tm etek – Etuaptmumk. Katu ap mu-ajjkine’nuk mita l’pa ma’ pun tluow ta’n tel nuta’q mawa’tunew aq toqa’tnow ikjijitaqnminal pemitaik kekknamasutimk klaman ml’kiknowatisnuk mawa’tu’kl ta’n te’sikl iknmatimkewe’l ala’tukl aq ta’n te’sikl me’ kisi kina’masultitesnuk.

Mu ml’kuktmuk u’t nike’, aq attikineta’wk toqa’tunew, aq e’tasiw kepmite’mukl kjijitaqnn lnu’eyl aq akklasie’we’l, na mnaqnatew aq ewliksu’a’tasiktitew koqoey maliaptmu’k. Na ni’n nekmowey ketlamsitm aq kejitu nuta’q u’t toqa’tasin kkjijitaqnn kina’matmuo’kuo’ml, katu elt nuta’q kepmite’tminow te’sik kisi kina’masimk wutaniminal aq msit u’t wsitqamu. Nuta’q elt tuwa’lanew kwijimuk ta’nik kekknamu’kik mita asa newte’ te’sik kisi kina’masultitaq kwijimuk aq malikwuo’mk. Ta’n tel-nemutu ni’n, kenek me’ eltaik kekkna’masulti’kl toqwa’tumk u’t kkjijitaqnn, pukwelk me’nuta’q pana’tunew. Nenaqite’tm u’t wi’katikn: Kina’masuti Kanata: Nuta’q kin’ua’tatultinew a’tukwaqniminal aq kina’masultinew ejiksitmu’kl atukwaqnn se’k wejiaql – kkjijitaqnminu mimajik atukwaqnnminal.

(Pensées de l’aîné Albert Marshall, transcrites en Mi’kmaq par Carol Anne Johnson)

Qu’avez-vous pensé de cet article? rejoignez la conversation @EdCanPub #EdCan!

Première publication dans Éducation Canada, juin 2018

Apprenez-en plus sur

Albert Marshall Author Education Canada Magazine

Elder Albert Marshall

Elder and Honorary Doctorate, Mi'kmaw Nation

Mi’kmaq Elder Albert Marshall, LLD, lives in the community of Eskasoni in Unama’ki – Cape Breton, Nova Scotia, in the Traditional Territory of Mi’km...

Découvrir

Il vous reste 5/5 articles gratuits.

LOGIN Rejoignez notre réseau